Catégorie: CHRONIQUES & HUMEURS

P’tit billet d’humeur

Échos iconoclastes
et viniques (ta mère) !
2

Il n’est pas utile de railler ces « sauvages » Américains qui mettent du cola dans leurs verres de Petrus ou se font des granités à l’Yquem, selon des anecdotes à l’authenticité douteuse.

Granité via cuisinebyh.canalblog.com
Car nous autres Français, de souches anciennes d’avant le phylloxera ou de greffages récents, nous sommes aussi capables du pire !

Moi, je veux bien tout ce qu’on veut. « On » a tous les droits, y compris d’avoir des goûts étranges.

« On » a évidemment le droit d’aimer boire un grand pomerol avec sa choucroute ou une "vendanges tardives" sur son entrecôte saignante…
Mais à condition de ne pas professer à voix tonitruante, péremptoire, que l’accord est idéal…

Pomerol Petrus via avis-vin.lefigaro.fr

Patrick de Mari

P’tit billet d’humeur

Échos iconoclastes
et viniques (ta mère) !

L’élitisme est exaspérant quand il se moque du populo qui n’y connaît décidément pas grand chose ! Et dans ce registre, rien n’arrête le bonobo (malheureux métissage obtenu par croisement entre une bobo et un snob, ou le contraire).

Bonobo via zmescience.com

Si l’on s’habille exclusivement chez TATI, ce n’est pas par coquetterie ou souci d’élégance suprême, tout juste pour se couvrir à moindre frais.
De même qu’on ne roule pas en DACIA d’occasion seulement pour pouvoir à loisir frimer sur les parkings de LEADER PRICE ! Et quand bien même…

Tati via justacote.com

Alors, que les critiques-journalistes-blogueurs du monde du vin fassent parfois l’effort (et avec le sourire si possible) de conseiller leurs meilleures trouvailles à partir de 3 ou 4 €. Celles-ci combleront — et convertiront peut-être — quelques buveurs d’eau impécunieux !

Patrick de Mari

 

Saynètes

Une vie de chien !
Oh, my dog !

Papatte de chien en déco de la porcelaine siglée Hôtel Majestic Barrière

Ouaf-ouaf !

On vous a jamais parlé de moi sur Greta Garbure ?
M’étonne pas !
Blandine et Patrick sont toujours par monts et par vaux pour leurs articles. Et ma maîtresse Greta, elle pousse des coups de gueule quand elle est pas contente, mais moi, je suis son gros nounours, ça lui viendrait même pas à l’idée de m’aboyer dessus !
Et puis, je vous ai pas encore dit, mais je suis un chien un peu savant !

Alors une idée a germé !
Parce que figurez-vous que j’ai intercepté un mail !
Un mail des Hôtels Barrière !
Un mail pour informer l’équipe de GG qu’ils ont développé un accueil spécifique aux « Very Important Dogs » !
Comment résister ?
À faire le voyage pour tester !
Alors, j’ai convaincu ma maîtresse pour qu’elle nous emmène en week-end au « Resort Barrière de Deauville ».
Je dis « nous » parce que nous sommes deux à avoir quatre pattes dans le staff de Greta Garbure : la minette et moi. Chien et chat, quoi !

C’est comme ça que nous sommes arrivés tous les trois un vendredi soir à l’Hôtel Normandy Barrière !
L’accueil fut très classe ! Une fois les formalités remplies par GG, ce fut à notre tour d’être enregistrés !
Le majordome nous a demandé nos noms :
— Monsieur s’appelle ?
— Gus de la Garbure ! Gus parce que né en 2011 et que les initiales GG s’imposaient.
— Et vous, Mademoiselle ?
— Gribiche miaula-minauda notre noiraude !
— Gribiche tout court ?
— Gribiche de la Gouttière ! Parce que née en 2011 et pour faire GG, moi aussi !

Oui, son pedigree est moins aristocratique que le mien, n’ai-je pu m’empêcher d’ajouter !

Bon, bien qu’impatient de découvrir les prestations affriolantes proposées avant d’accéder à nos appartements — tellement affriolantes que je vous en donnerai le détail plus loin ! —, j’ai tenu à en savoir plus sur la fréquentation de l’hôtel :
— Dites-moi, cher ami, y a du beau linge dans la gent canine en ce moment à l’hôtel ?

Le majordome
— Certainement, Monsieur Gus ! Les 7 yorkshires de Madame Sans-Gêne sont chez nous. Que des filles !

Gribiche de la Gouttière
— Ces espèces de rats poilus qui portent un manteau de fourrure et des moon boots l’hiver, et des petits nœuds roses dans les cheveux l’été ! Pfff…

Le majordome, sourire esquissé
— Nous avons aussi les 4 pinshers d’une actrice anglaise qui vient oublier ses déboires sentimentaux au casino, le welsh corgi d’un grand couturier, le sharpeï d’une éditrice, le bichon des enfants d’un tennisman, un chow-chow, un boxer, deux pékinois, un chihuahua. Et puis le caniche royal de Monsieur le comte Harbourg.

Gribiche de la Gouttière
Le truc avec des pompons aux pattes et le cul nu ?

Gus de la Garbure
Ha ! Gribiche ! Tu me feras toujours rire avec tes manières de parigote ! Cela dit, tu n’as pas tort ! Toiletter un caniche royal, c’est pratiquer l’art du topiaire !

Caniche royal via donosoria.com

Gribiche de la Gouttière
Pour sûr, tu peux te moquer de mes origines plébéiennes, Gus ! Sais-tu seulement que ton nom dérive de gueux ? Qu’en fait, un gus, c’est un gueux ?

Là, pendant quelques secondes, Gus et Gribiche se regardèrent en chiens de faïence…

Le majordome (imperturbable…)
Et nous avons aussi Madame la baronne qui passe tous les étés chez nous avec son maître !

Gribiche de la Gouttière
— Madame la baronne ?

Gus de la Garbure
— Oui, tu l’as forcément déjà vue dans la rubrique people de Gala-Toutou. Elle adore se faire prendre en photo sous toutes les coutures ! Pourtant c’est une vieille peau ! C’est pour ça qu’elle se fait appeler la baronne ! Elle veut pas qu’on sache que son vrai nom commence par A ! Albina von Lubrick ! Te rends-tu compte, son nom commence par un A ! Ça veut dire qu’elle est née en 2005. En âge canin, ça fait quand même 63 ans !

Gribiche de la Gouttière
Lire Gala-Toutou, et puis quoi encore ?
On verra quand ils sortiront Gala-Minet !
En tout cas, cette baronne, j’en ai jamais entendu parler ! Elle est comment ?

Gus de la Garbure
Une grande maigre efflanquée ! Une fausse blonde qui se fait décolorer et frisotter la crinière et les poils des oreilles « Au chien chic » !

Lévrière afghane via chien-chiot.com

Le majordome
— Mademoiselle Gribiche, Monsieur Gus veut dire une lévrière afghane !

Gribiche de la Gouttière
— Ah, je vois le genre ! Snobinarde, arrogante et compagnie ! Avec une laisse incrustée de diamants éternels, bien sûr ! Et qui toise son monde avec un grand sourire hypocrite accroché aux babines. Nellie Oleson en personne !

Mais dites-moi, y a du matou aussi ?

Le majordome
— Mademoiselle Gribiche, ce n’est pas le genre de notre hôtel, voyons !

Gribiche de la Gouttière
Bah quoi, y a que du chienchien à sa mémère ?

Serais-je la seule chatte en villégiature ?

Le majordome
— Oh non Mademoiselle ! Nous avons le shah persan d’un prince des émirats, le couple de peterbalds d’une famille russe…

Gribiche de la Gouttière
— Autant dire des chauves-souris !

Chat peterbald via meschatsorientaux.over-blog.com

Le majordome
— Il y aussi quelques siamois, l’abyssin d’un écrivain, l’angora d’une jeune femme mystérieuse, le maine coon d’une starlett…

Gribiche de la Gouttière
— Que du gratin, en somme ! On s’croirait dans « Ça, c’est Palace ! » Faudra que j’aille me baguenauder sur les Planches, moi !

Gus de la Garbure
— Dites-moi, mon ami, j’imagine que le personnel de l’hôtel doit avoir un grand sens de la psychologie pour gérer toutes ces personnalités ?

Le majordome
— Certes Monsieur, certes ! Mais vous savez, la psychologie est finalement une science primaire, il suffit d’observer ! Par exemple, la différence essentielle entre chiens et chats, c’est que le chien remue la queue quand il est content — ne l’invitez jamais à une partie de poker ! — alors que le chat remue la sienne quand il est en colère, ou à tout le moins aux aguets, lorsqu’il a repéré une proie !

Gus de la Garbure
— Très primaire, en effet ! Bon, c’est pas tout ça, mais si nous passions aux choses sérieuses ? On visite ? Avant que je n’aille me faire faire un massage !

Gribiche de la Gouttière
— Un massage ?

Gus de la Garbure
— Eh oui, Gribichounette ! Si tu avais lu le programme, tu ferais moins ta mijaurée ! Allez, viens découvrir tout ça !

Le majordome
— Mademoiselle, Monsieur, si vous voulez bien me suivre…

Et trois jours plus tard…

Bon, bah voilà !
Que voulez-vous que je vous dise ?
J’ai passé un excellent week-end !
Évidemment, GG a fait un peu la tronche quand elle a vu la note !
Mais on était là pour tester, non ?
Qu’est-ce que t’en penses Gribiche ?

Gribiche de la Gouttière
— J’en pense que c’était un peu trop « prout-prout » pour moi !

Parce que les assiettes en porcelaine siglées avec des papattes de chien, c’est bien. Mais y en a marre que les chiens soient toujours mieux considérés que les chats !

Gus de la Garbure
— Mais qu’est-ce que tu racontes ?

Gribiche de la Gouttière
— Bah si ! La preuve, on dit un doggy bag, pas un kitty bag !

Si au moins, il avait été griffé Vuitton…

Doggy bag via tuscantraveler.com

Gus de la Garbure
— Bon, laissons ruminer notre grincheuse. Je vous joins une photo pour vous montrer un peu le cadre. Mais c’est pas moi, hein ! C’est mon pote Icare ! Moi, j’ai horreur des selfies !

Icare1

© Blandine Vié

 

Les prestations pour chiens et chats
des Hôtels Barrière

Tous les ans, pendant leurs vacances les propriétaires d’animaux de compagnie se heurtent au même casse-tête : que faire de leur chien ou de leur chat.  Peu d’hôtels offrent la possibilité à nos amis les chiens d’avoir un accueil et une gamme de services adaptés à leurs besoins et à la hauteur de l’amour porté par leurs maîtres. Les Hôtels Barrière prennent soin de leurs hôtes à quatre pattes toute l’année en leur proposant des offres définitivement « aux poils » !

Si les Hôtels Barrière ont développé un accueil spécifique aux « Very Important Dogs », ils accueillent naturellement aussi les chats.

Programme « Very Important Dog », au Resort Barrière de Deauville
(Offre hébergement : 20€ par nuit)

Les 3 hôtels (Hôtel Normandy Barrière, Hôtel Royal Barrière et Hôtel du Golf Barrière) proposent l’accueil "V.I.D" offert en chambre :
• un os jouet en cadeau, une écuelle à eau et un couchage en chambre.
• un panonceau pour informer le personnel de la présence de l’animal en chambre.

Les autres prestations mettent à l’honneur le bien-être et le confort des animaux de compagnie :
• Assiette de pâtée faite maison composée de riz et de viande fraiche pour les gourmets : 12€.
• Une gamme de produits d’hygiène corporelle 100% végétale :
- shampooing sec à l’huile essentielle de Coco : 15€,
- duo de lotion oculaire aux bleuets et lotion museau au lavandin : 15€.
• Dog Sitter pour garder l’animal pendant l’absence du maître : 12€ l’heure.
• Cours d’initiation à l’éducation canine par une conseillère diplômée en Ethologie ((70€ l’heure pour une prestation unique) :
- Le Chien Citadin : intégration du chien en ville, les peurs et l’écoute, rencontre avec le public et socialisation, évoluer sans gêner les citadins, croiser un autre chien,
- Maintien en société : se poser au restaurant, ne pas sauter sur les personnes, rester seul dans la chambre d’hôtel,
- Obéissance classique : assis, couché, le rappel, le reste, la tenue en laisse,
- Cani-gymnastique et jeux canins : l’écoute par le sport et les jeux, améliorer la confiance du chien en lui et en ses maîtres, développer ou maintenir les capacités physiques du chien, travail de l’équilibre physique et mental avec agrès au sol.
• Massage canin par un masseur spécialisé : 65€ les 45 minutes

Programme « 4 pattes » à Cannes (Offre hébergement : 20€ par nuit)
L’Hôtel Majestic Barrière propose pour les amis à 4 pattes un programme à se « lécher les babines » :
• À la réservation, prise du nom de l’animal pour accueil personnalisé.
• Mise à disposition de coussins adaptés à la taille du chien en chambre.
• Écuelle disposée sur un plateau en chambre.
• 2 possibilités de pâtée (250g) sur la carte Room Service :
Les pâtées sont composées au choix de : viande de bœuf crue / cuite ou volaille émincée mélangée avec au choix : carottes, riz, haricots verts, ou pâtes.
Le service est fait en gamelle de porcelaine siglée Hôtel Majestic Barrière avec en décoration des « papattes » de chien.

Programme "4 pattes" au Resort Barrière de la Baule (Offre hébergement : 30€ par nuit)
Le Castel Marie-Louise et l’Hôtel Hermitage Barrière proposent un séjour personnalisé à l’animal de compagnie :
• Proposition d’une écuelle d’eau à l’arrivée des clients accompagnés d’un animal.
• Prise du nom du chien à la réception pour personnaliser son séjour.
• Mise en place d’une écuelle d’eau en chambre.
• Panonceau, donné à l’arrivée des clients, annonçant la présence de l’animal.
• Possibilité de garde, promenade, et toilettage sur demande auprès de la conciergerie.
• 2 plats sur la carte Room Service (Viande, légumes/Poisson vapeur, légumes : 12€) servis dans un service en argent.

L’Hôtel Royal Thalasso Barrière propose une offre simplifiée :
• 2 gamelles dont 1 d’eau sont préparées en chambre avant l’arrivée du client.

• Panonceau, donné à l’arrivée des clients, annonçant la présence de l’animal.
• Seul le restaurant La Rotonde refuse les animaux, sauf en terrasse.
• Exigence de tenue en laisse dans l’enceinte de l’hôtel.
• Coté restauration, une table "pratique" est proposée et une gamelle d’eau est systématiquement servie. Si le maître souhaite que son animal mange, alors l’équipe reste à l’écoute et produit ce que le client souhaite.
• Coté Room Service, proposition de pâtée pour chien au prix de 7 € les 100 grs sans mise en en place spécifique, le client demande ce qu’il souhaite pour son animal (viande hachée crue ou cuite, riz, pâtes …).

Programme 4 pattes au Grand Hôtel Barrière de Dinard (Offre hébergement : 18€ par nuit) :
• Proposition d’une écuelle d’eau à l’arrivée des clients accompagnés d’un animal.
• Mise en place d’un tapis +  écuelle d’eau + écuelle pour nourriture en chambre.
• Panonceau, donné à l’arrivée des clients, annonçant la présence de l’animal.
• Panier à disposition à la demande.

L’Hôtel Fouquet’s Barrière propose également un séjour personnalisé pour nos amis à 4 pattes :
L’Hôtel Fouquet’s Barrière propose un accueil spécifique à votre animal de compagnie: tapis brodé à son nom, confort de son panier, eau de Vittel servie à volonté, menus étudiés par nos chefs et disponibles au room-service… Le suprême de volaille biologique au riz et ses petits légumes est un incontournable :

• Accueil personnalisé nominatif avec tapis brodé.
• 2 écuelles dont 1 préparée dès l’arrivée du client.
• Litière pour chat sur demande.
• Promenade par la conciergerie sur demande.
• Plats spécifiques au Room Service (env. 30 euros)

Le Resort Barrière Ribeauvillé (Offre hébergement : 15€ par nuit)
Accueille les chiens et les chats en chambre avec une gamelle et des croquettes adaptées.

L’Hôtel & Ryads Naoura Barrière à Marrakech (Offre hébergement 250 Dhs par nuit)
Un matelas, une couverture et une gamelle attendent les chiens et les chats.  

 Papatte de chien en déco de la porcelaine siglée Hôtel Majestic Barrière

Saynètes

L’œil du vin

L'œil du vin blanc © Greta Garbure

L’œil du vin blanc © Greta Garbure

C’est un joli rituel que boire un verre de vin.
Mais toujours un mystère, léger ou clandestin.
Qu’y a-t-il dans ce verre, à part du jus d’raisin ?

Parfois, c’est vrai, il ne se passe presque rien.

Quelquefois, c’est une promenade dans un jardin :
des fleurs, des fruits, et le printemps comme un refrain.

D’autres fois, le vin se fait sensuel, voire câlin.
Doux, gras, rond, caressant : velours, soie et satin !
Une histoire commence, un amour fait son levain.

Il y a aussi les vins pour boire entre copains.
Gouleyants et joyeux, qui coulent avec entrain.

Puis les vieux, les jeunes, les "nature", les incertains.
Toute une gamme où chacun prend ce qui lui convient.
Des passe-partout pour ceux qui n’y connaissent rien,
des vins-révélations qui vous en bouchent un coin.
Hélas aussi, question de chance ou de moyens,
ceux qu’on ne boira jamais — jamais ! — c’est certain !

Toujours, avant que mon verre n’arrive à sa fin,
je le regarde au fond des yeux, droit en son sein.
Pour connaître ses tripes, et aussi mon destin…

Qu’y a-t-il donc au fond du verre ? Au fond ?
N’est-ce pas la seule, l’existentielle question ?

Chaque fois que j’ai plongé mon regard dans le sien,
l’œil était dans le verre et regardait le mien !

Quelle histoire d’amour entre nous ! Moi, toi… le vin !
Toujours tu m’accompagnes, quel que soit mon chemin !
Comme un indéfectible ami qui veille au grain,
qui partage mes petits bonheurs, même anodins…
… et ma mélancolie à n’être qu’un pantin.

Qu’y a-t-il au fond du verre ? Tout au fond ?
N’est-ce pas la seule, l’existentielle question ?

Chaque fois que j’ai plongé mon regard dans le sien,
l’œil était dans le verre et regardait le mien !

Pour sûr, au fond de mon verre j’ai vu l’âme du vin.
Je sais qu’elle est là quand la vie se fait chagrin.
Mais elle m’a dit aussi que la vie est regain.

L'œil du vin rouge © Greta Garbure

L’œil du vin rouge © Greta Garbure

© Blandine Vié

P’tit billet d’humeur

Quand le whisky coupe du monde !

France-Allemagne via eurosport.fr

Voilà, nous y sommes : demain soir, l’honneur de la France sera vengé… ou pas.
Enfin, l’honneur… la France… n’exagérons rien !

En ce 8 juillet 1982, ce ne fut pas la guerre, il n’y eut pas mort d’homme. Malgré la tentative d’assassinat perpétrée par Harald Schumacher sur notre si gentil Battiston. Tout le monde se souvient de l’instant où Neil Amstrong a impeccablement posé le pied sans se casser la gueule depuis l’échelle de son LEM ! Eh bien, tout pareil, itou, kif-kif pour ce France-Allemagne de Séville. On se rappelle tous ce moment dramatique où le goal teuton a tout aussi impeccablement posé sa hanche droite sur la gueule du franzose en lui faisant sauter deux de ses plus belles dents. L’un était dans la lune, l’autre dans le cirage et le troisième dans un cynisme assumé.

schumacher-harald-vs-battiston-patrick via mathildekhlat.wordpress.com

J’avais été convié par le directeur général de France-Rail (filiale de la SNCF avec laquelle nous avions contracté des accords de commercialisation liés à l’événement). Le match était retransmis sur un écran géant dans une salle de la Maison de la Radio à Paris. J’étais à l’époque plus actif qu’aujourd’hui ! La preuve, je n’avais pas pris le temps de déjeuner et n’arrivais même que juste à l’heure du coup d’envoi, à 21 heures précises, c’est-à-dire trop tard pour profiter des petits fours et pains surprises roboratifs. C’est donc l’estomac doublement vide que j’abordais la rencontre, enfoncé dans un fauteuil club et cerné par un aréopage de célébrités sensiblement plus confirmées que moi. Des hôtesses uniformisées mais exceptionnellement prévenantes s’inquiétaient sans cesse des risques majeurs que j’encourais tels que déshydratation ou perte du goût de la vie… Sans aller jusqu’au tilleul-menthe, j’aurais dû choisir de m’imbiber dès le début du match avec du soft drink, du light, du pas prétentieux, quoi. Au lieu de ça, j’optais avec aplomb pour un single malt sur glace. J’étais dans ma période Glenfiddich.

Whisky Glenfiddich via glenfiddich.com

La mode n’autorisait pas encore les bouteilles de vin sur les plateaux d’apéritifs et d’ailleurs le virus pinardier ne m’avait pas encore contaminé ! Hélas, trois fois hélas, car la journée avait été particulièrement chaude et l’ambiance dans la salle ne l’était pas moins : la soif ne me quitta pas de toute la soirée ! Avais-je eu une parole aimable envers une des jeunes filles préposées au ravitaillement des gloires invitées ? D’autres craignaient-elles que mes mains inoccupées ne s’égarassent ? Toujours est-il qu’elles unirent leurs efforts afin que je n’aie pas besoin de réclamer quoi que ce soit. À vrai dire, leur collectif ne fut jamais pris en défaut. À chaque arrivée d’un nouveau verre compensateur, mon sourire se fit d’abord de plus en plus béat, puis bientôt figé en position publicité pour « Sufrice Dentiper Colphile à la Chlorogate »…!

Dentifrice colgate à la chlorophylle via metro.fr

Je conserve une vision à peu près claire de la première période de ce match.                  
Puis, la mi-temps me sembla ne durer que 3-4 minutes, juste le temps de faire le vide avant de refaire le plein.                   L’attentat sus-cité me tint heureusement éveillé… presque jusqu’à la fin du match…                       
Dire que les prolongations me furent fatales serait très exagéré. En effet, j’étais déjà cramé depuis bien longtemps !!!    
J’avais pu m’en apercevoir quand un haut dirigeant de Thompson avait eu la courtoisie de s’enquérir de mes impressions sur le déroulement de la partie. Il avait assez rapidement compris que mon opinion n’était pas assez tranchée pour pouvoir émettre plus intelligiblement un pronostic fiable…!                                                              
Une nouvelle égalité (3-3) au coup de sifflet final entraîna une longue pause dont les effets ne me furent pas que bénéfiques. La sollicitude des cantinières ne faiblissait pas bien que mes clins d’œil reconnaissants du début se soient peu à peu transformés au point d’avoir plus souvent les deux yeux fermés en même temps. Heureusement, les hurlements et vociférations du voisinage couvrirent opportunément mes ronflements.                   
Que dire de la séance de tirs aux buts qui n’ait été tant de fois relaté… par d’autres ? Euh… rien !                 
J’ai seulement conservé de ce match de football hitchcockien une forte détestation à l’encontre des sieurs Littbarski, Rummenigge, Fischer, et évidemment du Boucher de Séville…                           
Une éternelle reconnaissance envers Platini, Trésor, Giresse, et évidemment Battiston…                       
Beaucoup de compassion pour Maxime Bossis dont la fonction n’incluait pas de tirer un penalty…
Et du ressentiment contre Didier Six dont c’était plus le rôle.

Eh oui ! La vie est injuste ! Moi aussi ! Mais j’ai arrêté les boissons fortes !

Pour ce nouveau France-Allemagne, j’ai prévu de narguer nos adversaires avec un blanc de cette Alsace que nous leur avons reprise en son temps.      
Trimbach et Frédéric Émile seront mes coéquipiers. Avec eux, je ne crains plus rien, même pas la défaite !

Patrick de Mari