Catégorie: Brèves de terroir

Brèves de terroir

Road Tripes :
ça commence aujourd’hui !

Novembre, c’est le mois des Produits Tripiers.

Et si vous en profitiez pour goûter une « tripotée » de recettes ?

image-5

Pour la 16ème édition de « Novembre, Le mois des Produits Tripiers », les Produits Tripiers embarquent à bord de leur propre Food Truck pour un ROAD TRIPES délirant !

Du 16 au 25 novembre, chefs, blogueurs et artisans partiront à la rencontre des amateurs et des curieux pour des dégustations vraiment tripantes à Paris, Tours, Toulouse, Marseille et Lyon.

Qu’on se le dise !

BV

Brèves de terroir

Les haricots tarbais

Ça y est, c’est la saison !
Certes, sauf localement, on ne les trouve pas facilement.
Mais si vous avez l’opportunité de vous en procurer, n’hésitez pas et régalez-vous !

Haricots tarbais sur le point de mijoter © Greta Garbure

Haricots tarbais sur le point de mijoter © Greta Garbure

Haricots tarbais au lard © Greta Garbure

Haricots tarbais au lard © Greta Garbure


Voir nos recettes :

– Haricots tarbais au lard façon « moun païs » : https://gretagarbure.com/?s=Haricots+tarbais 
– La Garbure d’automne de Greta : https://gretagarbure.com/2014/11/21/plats-mythiques-33/

Blandine Vié

Brèves de terroir

Hommage au porc noir
kintoa du Pays basque 

Le porc noir basque vient d’obtenir son Appellation d’Origine Contrôlée (AOC).
Il attend maintenant impatiemment l’appellation européenne.

À la queue (de cochon) leu leu © Greta Garbure

À la queue (de cochon) leu leu © Greta Garbure

Kintoa brodé © Greta Garbure

Kintoa brodé © Greta Garbure

Foulard basque spécial kintoa © Greta Garbure

Foulard basque spécial kintoa © Greta Garbure


Et clin d’œil à Pierre Oteiza !

(dans l’une des boutiques Oteiza à Paris)

Patrick et Pierre Oteiza © Greta Garbure

Patrick et Pierre Oteiza © Greta Garbure


BV

Brèves de terroir

Foot bowl

Les bowls sont la toute dernière tendance. Après les verrines, les cuillères chinoises, les mini-cocottes et les bocaux, il semblerait qu’ils soient même en passe de détrôner les box car ils sont conçus comme des plats uniques et limitent le nombre des récipients, donc la vaisselle.

Originaire d’Hawaï où on le prépare généralement avec du poisson cru mariné mélangé avec du riz, de l’avocat, des fruits et même des algues, le « poke bowl » se décline chez nous selon des variations « healthy » plus que gourmandes : bio, vegan, sans gluten, sans lactose, etc. Les céréales et les graines y ont souvent la part belle.

Alors saluons l’initiative des « bols de Jean ». Celui-ci a créé un bol spécial en partenariat avec UberEats, à l’occasion de la coupe d’Europe de football. Il s’appelle « Le Bol des Bleus » et il s’agit d’un bowl garni de blanquette de veau, spécialité française s’il en est ! Par ailleurs, le bol est en pain et il se mange.

Le bol de Jean à la blanquette de veau

Le bol de Jean à la blanquette de veau

Bon, nous ne l’avons pas goûté mais, la viande provenant de chez Hugo Desnoyer et le pain de chez Éric Kayser, c’est de bon augure. En tout cas, cette initiative franchouillarde change de tous ces plats french-chichiteux qui émaillent les cartes de nos restaurants.

Rappelons que Jean Imbert est un ancien vainqueur de Top Chef et que son concept est une alternative plutôt bienvenue dans la restauration où l’on constate l’omniprésence urticante du hamburger, depuis les MacDo jusqu’aux plus étoilés du petit livre rouge.

Quant à l’idée du bol qui se mange, elle est… culturelle ! Car nous ne procédions pas autrement au Moyen-Âge, quand l’assiette n’était encore qu’une tranche épaisse de pain (baptisée tranchoir) posée à même la table et sur laquelle on déposait les autres aliments :  viandes et ragoûts. Imbibées de sauce, ces tranches étaient ensuite distribuées aux pauvres.

En tout cas, être un peu chauvin un jour de finale de Coupe d’Europe… ça ne peut pas faire de mal !

Blandine Vié

Les bols de Jean
2, rue de Choiseul
75002 Paris
Tél : 01 44 76 00 58

Brèves de terroirs

Sortie du guide Ballarin
de Bordeaux à Bilbao

9782350683997_BALLARIN_web

Jacques Ballarin est une personnalité forte et incontournable (enfin, non quand même : il est resté très mince !) du paysage gastronomique français.

Écrivain, son écriture est fluide et légère. Journaliste, sa plume n’est jamais trempée dans l’acide ou l’amer : il ne parle que des établissements qu’il suit ou découvre mais surtout qu’il aime. Vous en lisez beaucoup vous, des critiques (en est-il un d’ailleurs ?) qui ne se laissent pas tenter par des vacheries et des coups de dague dans le jarret de chefs ou restaurateurs ambitieux mais insuffisants ? Non, lui refuse ces facilités et ne s’écarte pas de son chemin. Il est un observateur extrêmement attentif aux évolutions de la cuisine et des cuisiniers de son cher Sud-Ouest.

Depuis quelques années, Bordeaux, sa ville, est en train de connaître un véritable chambardement, à tout point de vue. Sortie de la grisaille et de la pénurie, la restauration bordelaise s’est régénérée et atteint aujourd’hui un niveau globalement stupéfiant. Jacques Ballarin en recense les meilleurs exemples sans aucune exclusive. Tous ceux qui font bon l’intéressent. Du plus humble au plus huppé, du moment que l’offre est sincère. Voilà pourquoi ses pas l’ont également porté dans les villes et villages des Landes et des pays basques, nord et sud.

Il a partout dégoté de l’excellence, sous les cieux étoilés comme dans les bars à tapas ou à pintxos. Il ne nous cache rien de ses trouvailles et il y en a vraiment pour tous les goûts et toutes les bourses.

Jacques Ballarin

Jacques Ballarin

La nouvelle édition de son guide vient de sortir. Il tient dans la poche d’une veste aussi bien que dans le sac des dames.

L’idée ne viendrait plus à personne de se risquer dans nos contrées aquitaines sans s’être muni du guide Ballarin.
Alors, dans l’ordre : lisez et ensuite mangez et buvez. Vous en serez heureux !

Ballarin_livre_Bayonne

Patrick de Mari

Le BALLARIN
Guide restaurants Bordeaux Bilbao
Jacques Ballarin
& Josema Azpeitia
éditions Cairn
Prix : 17 €