P’tit billet d’humeur

Blandine & Patrick
font leur coming out :

Notre métier… c’est vraiment galère !

Complainte satirique

Encore du caviar ! © Greta Garbure

Encore du caviar ! © Greta Garbure

Alors voilà ! On se lance, Patrick ?
Ce qu’on voulait vous dire — et vous n’allez pas en croire vos oreilles — c’est qu’on n’en peut plus !
Non, on n’en peut plus !

Parce que figurez-vous que Patrick et moi, on vit un vrai calvaire !
Rendez-vous compte :

ON N’AIME NI MANGER NI BOIRE
alors que notre métier nous oblige à ne faire que ça !

Si, si, on vous l’assure : être chroniqueur gastronomique, ce n’est vraiment pas une sinécure !

Combien de fois nous a t’on dit, à l’un ou à l’autre : « Quelle chance, tu as ! »
Combien de fois nous a t’on demandé : « Tu m’emmènes ? », « J’peux pas venir avec toi ? », « Y aurait pas une petite place pour moi ? ».
Des centaines de fois, je crois bien.

Mais après des années de pratique, on peut bien vous le dire, à vous tous qui nous enviez :

CE MÉTIER EST UN VRAI CALVAIRE !

Vous voulez qu’on vous raconte ?

Imaginez des rendez-vous qui s’enchaînent toute la journée et où vous devez impérativement vous rendre pour manger et pour boire ! De tout, sans discernement !

Et ça commence dès le matin !

D’abord avec l’angoisse de monter sur la balance parce que la dégustation de chocolats de la veille a été suivie par un déjeuner « produits tripiers » (verrine de boudin, tête de veau ravigote, daube de joues de bœuf), puis par un goûter « produits nouveaux de la rentrée » dans un lieu éphémère, puis par un cocktail « champagnes de vignerons ».

Après l’épreuve de la balance, suit celle du coup d’œil à l’agenda du jour.
Alors, ça commence à 9 h 30 par une dégustation de macarons (15 parfums différents tout de même) chez un pâtissier en vogue. Moi qui n’aime pas le sucré, je sens que ça va me plaire !

— Bon Patrick, je crois, qu’après il y a un déjeuner en suivi-enchaîné à 12 h 30. C’est quoi, déjà ?

— Un repas-découverte « tout caviar », de l’amuse-bouche au dessert !

— Stop ! Ils nous prennent vraiment pour des cobayes de laboratoire. Bon, où ça se passe ?

— Je crois que c’est chez un « trois-macarons » parisien !

— Ah non ! Me parle plus de macarons ! Je vais finir par gerber !
Bon, c’est lequel ?

— Le V !

— Encore ! Mais c’est la troisième fois en deux mois ! Et quand c’est pas lui, c’est Passard ! Ou Savoy ! Ou Alléno ! Quand même, les attaché(e)s de presse ne pourraient pas avoir un peu de compassion pour nous ?
On va avoir le temps de bosser après, au moins ?

— Pas sûr, moi j’ai une dégustation de vins doux naturels à 16 h…
Et à ce que je vois, toi tu as un atelier-cuisine autour du foie gras !

— J’ai quand même pas répondu oui ?

— T’es sûre ?

— Absolument ! Tu sais je ne réponds positivement qu’à une invitation sur une bonne vingtaine ! Ils se rendent pas compte ! Si on les écoutait, on aurait trois déjeuners, deux dîners et un after tous les jours ! Sans oublier les p’tits déjeuners-conférences, les goûters en agences, les apéros ludiques et tous ces attrape-kilos. Je te jure, JE N’EN PEUX PLUS ! Même le week-end maintenant y a de l’événementiel, du show off, des brunchs ! Tu vas voir, bientôt va y avoir des « soupers de presse» ! Savent plus quoi inventer pour nous rendre la vie insupportable ! Parce que là, moi, je frise le burn out !

— T’oublie les soirées pince-fesses !

— Ah oui ! Les soirées bière, les soirées whisky, les soirées champagne, les soirées pastis, les soirées vodkas. Et en plus si on n’y va pas, on passe pour des « pot-au-feu » ! Mais ils croient qu’on les écrit quand nos articles ? Ah, décidément, le milieu parisien de la food est impitoyable !

— Bah tu crois que c’est mieux au Pays basque ? Et les tapas, nocturnes, diurnes et de toutes les heures, françaises et espagnoles ! Jamais de répit ! On mange tout le temps : tapas, pintxos, raciones, cazuelitas, platillos, tortillas, boquerones, pescados y mariscos, jamones, chorizos y cecina de buey… Après ça, pour avoir une chance de digérer… Suerte maestro !

— M’en parle pas ! Mon pharmacien commence à me regarder de travers. Je lui achète mon oxyboldine par lots de 4 boîtes. La dernière fois, il m’a demandé si j’étais sûre de pas avoir un ulcère à l’estomac ! Il comprend pas pourquoi j’en achète autant. J’ai beau lui dire : une dans l’armoire à pharmacie, une dans la trousse de toilette de la valise parce que je voyage beaucoup, une dans le sac à main au cas où, il trouve ça louche et me soupçonne de me shooter avec ou d’en faire le trafic ! Va falloir que je me fournisse ailleurs !

— Pareil pour mon citrate de bétaïne ! Déjà que depuis mon infarctus, je vais à la pharmacie avec un caddy…! Entre le cholestérol, le diabète et la goutte, mon toubib se demande ce qui va frapper en premier ! C’est tout juste s’il prend pas des paris ! On devrait toucher des primes, comme pour tous les métiers à risques !

— T’as raison ! C’est quand même dingue d’être o-bli-gés de manger quand on n’aime pas ça ! Être obligés de déguster une douzaine de bûches en plein été indien par exemple ! Si seulement j’étais anorexique !

— Qu’est-ce qu’ils croient qu’on fait dans ces cas-là ? Et ben on se force ! On se remplit jusqu’à la luette : on pourrait remuer avec le doigt !

— Je sens que ça va mal finir, on est des êtres humains quand même !

— Et ça, c’est sans compter les dégustations stakhanovistes de beaux vins, petits et grands… Moi, c’est bien simple, le vin je n’ai jamais aimé ça ! D’abord ils se ressemblent tous, y a que la couleur qui change ! Et puis ça pique ! La gorge, le nez, tout ! Alors maintenant, j’ai compris : je crache. Même au restaurant, je crache ! Dans un seau, dans ma serviette, je crache !

— Et les Salons ! T’oublies les Salons ! De vrais marathons ! Entre le SIRHA à Lyon, le Salon International de l’Agriculture, le SIAL, le Salon Saveurs, les Gastronomades d’Angoulême, les Primeurs de Bordeaux, Vinexpo, Millésime Bio, et j’en passe au moins un par semaine aux quatre coins de la France, autant vivre dans une caravane !

— Et les voyages pour tester les hôtels ? 4 étoiles, 5 étoiles, v’là-t-y pas qu’ils nous ont dégotté une catégorie « Palace » maintenant. Mais qu’allons-nous devenir ? Cette inflation de luxe, c’en est presque gênant…! L’imagination n’a pas de limites pour ceux qui nous envoient de plus en plus loin dans les contrées les plus hostiles, alors que, comme le chantait Maurice Chevalier : « Bali sera toujours Bali ! » Zut enfin ! Y a pas que les eaux turquoises et les sites enchanteurs dans la vie quand même !

— Bah, j’suis bien d’accord avec toi ! Mais sans même aller aussi loin, les déjeuners de presse en province, c’est d’un snob ! Tu sais quand on te téléphone pour te demander si t’es libre à telle date ? Et que tu réponds : « Attendez, je consulte mon agenda ! Ah bah non, désolée ! Ce jour-là je déjeune à Lyon (ou à Nantes, ou à Marseille, ou à Dijon !). Et là, ton interlocuteur se sent obligé de commenter : « Ah ! vous êtes en voyage ? ». Et toi de répondre : « Non, non, j’y vais juste pour déjeuner ! ». Et l’autre pense que : soit tu te fous de sa gueule, soit tu te la pètes ! Remarque, ces voyages ils ont du bon ! Au moins tu peux bosser pendant le trajet en train !

— Ou dormir !

— Et attends, c’est pas tout : quand tu rentres à la maison après une journée harassante où t’as été gavé comme une oie, faut encore que tu récupères tous les produits à tester que des coursiers ont laissé chez ta gardienne. Et y a pas que du bon si tu vois ce que j’ veux dire !
COMMENT FAUT LEUR DIRE QU’ON N’AIME NI MANGER NI BOIRE NI VOYAGER ?

Quand on pense qu’il y en a qui croient qu’on s’amuse !

Blandine & Patrick

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s