Serviettes & Torchons

Les pots et jardinières aromatiques
Brussels Herbs

Les jardinières mises en scène © Greta Garbure

Les jardinières mises en scène © Greta Garbure

Avec les beaux jours enfin revenus, on a envie d’en mettre partout en cuisine ! Quoi donc ? Des herbes aromatiques ! Mais tout le monde n’a pas un jardin de curé — même si l’on a un potager, le carré d’herbes n’y est pas forcément privilégié, ce qui est bien dommage — et il n’y a hélas plus de marchandes des quatre saisons en ville pour s’en procurer facilement. Bien sûr, on trouve les basiques au marché, et encore cela dépend du quartier où l’on habite. Chez moi, c’est persil plat, basilic, coriandre et menthe, ciboulette de temps en temps ! Car même le cerfeuil qui fait pourtant partie des « fines herbes », c’est-à-dire les quatre herbes les plus usitées de la cuisine française classique, subséquemment si présentes dans nos plats traditionnels, devient une denrée rare. Tout comme l’estragon d’ailleurs. Et si jamais vous voulez de la pimprenelle, de la marjolaine ou de l’hysope, ce coup-là, c’est carrément mission impossible. Sinon, on en trouve aussi sous sachets dans certaines chaînes de distribution. Mais là encore, le choix est plus que limité. Et en plus, cela revient cher. La solution, c’est donc d’acheter ces herbes en pots pour les cultiver chez soi.

Sauf que…
On a beau en utiliser souvent, elles se fanent rapidement, ce qui n’est pas facile à gérer. Surtout, si on part en week-end ou en voyage quelques jours et que l’on n’a pas un voisin complaisant pour venir les arroser. C’est sans doute pourquoi les pots Brussels Herbs ont été inventés !
Le principe est simple : il s’agit d’un kit qui se compose d’un cache-pot avec une fente, d’un récipient plus petit qui va servir de réserve d’eau, d’une double mèche et d’une paire de ciseaux spéciaux multi-lames pour couper les herbes, comme en avaient nos grands-mères.

Pot d'estragon et pot Brussels Herbs © Greta Garbure

Pot d’estragon et pot Brussels Herbs © Greta Garbure

Ciseaux à herbes d'autrefois © Greta Garbure

Ciseaux à herbes d’autrefois © Greta Garbure

Il suffit de planter la mèche dans l’un des trous ménagés sous le pot, de mettre le pot dans le cache-pot en faisant coïncider la double mèche avec la fente et le tour est joué.

La mèche enfoncée dans le pot © Greta Garbure

La mèche enfoncée dans le pot © Greta Garbure

Une autre méthode consiste à faire l’inverse, c’est-à-dire à introduire la partie raide de la mèche dans la fente du cache-pot en visant l’un des trous situé sous le pot d’herbes. Il faut un peu de doigté. Il n’y a plus qu’à positionner le cache-pot sur la réserve d’eau remplie jusqu’à la graduation, ce qui va imbiber la double mèche d’eau et apporter de l’humidité aux herbes par capillarité.

La mèche dans l'eau © Greta Garbure

La mèche dans l’eau © Greta Garbure

Les ciseaux se glissent dans une encoche prévue à l’extérieur du cache-pot.

Le pot monté © Greta Garbure

Le pot monté © Greta Garbure

Et ça marche !

La cerise sur le gâteau, c’est qu’on peut avoir ainsi tout un jardin d’herbes à la maison et qu’en plus, cela peut constituer un élément de déco non négligeable !

Pot Brussels Herbs
Couleurs : blanc, nude, anthracite.
Prix: 9,99 €
Points de vente : Botanic, Truffaut, Gamm Vert, Severa, Compagnons des Saisons, Leroy Merlin.

Et vu le prix des herbes au marché, cela veut dire qu’en une douzaine d’utilisations, votre pot Brussels Herbs est amorti !

Blandine Vié

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s