P’tit billet d’humeur

Sans cochon…
pas de Foire au Jambon !

(pour faire suite à la polémique sur nos mots affichés à Bayonne)

Avant © Greta Garbure

Avant © Greta Garbure

Après © Greta Garbure

Après © Greta Garbure

Quelques phrases extraites de notre recueil de nouvelles « Cochonneries en tous genres » ont été placardées sur les façades de quelques immeubles de Bayonne, au bord de la Nive, comme c’est devenu la tradition depuis trois ans pendant la Foire au Jambon (dont notre ouvrage était le livre officiel). Certaines phrases, sorties de leur contexte, ont créé la polémique. Notamment « Sans cochon… pas de civilisation ! ». Au point qu’on a dû faire face à un article assassin et insultant dans un « portail et agenda culturel » du Pays basque, puis à des correctifs tièdes et incomplets dans Sud-Ouest. Et finalement, une partie de la phrase a été retirée, à l’initiative d’un locataire apparemment agacé (et non de la mairie).

Bien que nous n’éprouvions pas de culpabilité particulière car les intentions islamophobes qui nous ont été prêtées l’ont été par des individus qui ne nous ont pas lu et ont fantasmé ex nihilo, nous aimerions malgré tout faire une petite explication de texte. Que voilà :

« À l’origine, il n’y avait ni civilisation ni religion.
Non, au début, quand l’homme est apparu sur terre, il y avait seulement… l’humanité naissante !
Une humanité rude où, pour se nourrir et se vêtir, il fallait occuper sa journée à la chasse et à la cueillette.
Pour cela, l’homme marchait pour trouver chaque jour de nouvelles provendes.
Des années plus tard, un peu aguerri face à la nature hostile, il continuait à marcher mais marchaient à sa suite quelques animaux pourvoyeurs de lait : brebis, chèvre, vache, chamelle, ânesse. De préhistorique, l’homme était devenu nomade.
Puis il s’établit. Ce fut le début de la culture… agraire.
Il planta quelques graines, eut un jardin, un potager, un champ, des vignes, des oliviers.
Il eut aussi des cochons, quelques volailles, des lapins.
Ce fut le début d’une société organisée, le début de la civilisation.
Sa nourriture étant désormais devenue plus facile à obtenir, l’homme eut plus de temps pour lui.
Aussi commença-t-il à se cultiver en même temps que ses terres.
Ce fut le début de la culture… générale.
Car vint le temps des questions sur son sort, sur son destin d’humain.
Il inventa  
Dieu. L’idée de Dieu. Puis, subséquemment, la religion et la philosophie.
C’est ce que nous nous sommes complus à raconter dans une histoire symbolique qui a servi de préface à notre livre de nouvelles et que nous n’avons pas manqué de sous-titrer « fable » ! FABLE ! »

Alors évidemment, sortie de son contexte, la phrase « Sans cochon… pas de civilisation ! » peut surprendre. Nous l’admettons. Nous acceptons même de battre notre coulpe dans un geste que les Chrétiens, choqués par le titre affiché de notre livre durant le carême, reconnaîtront à sa juste valeur, nous l’espérons.
En revanche, les propos et accusations aux relents d’extrême droite et de gauche extrême, nous ont blessé. Les haines rances entretenues par des ambitions de pouvoirs tant municipaux qu’idéologiques, nous sont également étrangères. Et avant d’accuser, de condamner et surtout de colporter une interprétation erronée, la plus élémentaire des honnêtetés intellectuelles aurait été de s’informer à la source, de nous lire.
Alors oui, pardon pour un bout de phrase maladroitement choisi, hors sujet, qui trouvait tout son sens dans un livre, moins sur un mur. Mais nous ne jouerons pas non plus avec ceux qui attisent le plus efficacement possible les feux dormants, s’ils existent. Nos intentions à nous étaient de fêter un rassemblement humain, familial, pas d’animer des divisions.

Par ailleurs, ces phrases étaient destinées à illustrer… « la Foire au Jambon » !
Une foire qui existe depuis 554 ans et qui fait partie du patrimoine culturel de la ville de Bayonne.
Un jambon qui est donc emblématique de la ville et participe à son économie.
Et il faudrait renier plus d’un demi-millénaire de nos traditions ?
D’autant que si d’aucuns devaient se croire offensés dans leur religion, ce devrait plutôt être les catholiques puisque cette foire a lieu pendant le carême, en pleine semaine sainte.
Pourtant, les autorités religieuses ont donné leur aval, non ?
Alors ?

Je terminerai par une curiosité sémantique. Que sans doute beaucoup ignorent. Mais qui prouve que le cochon eut longtemps droit de cité dans les pays du pourtour méditerranéen. Et je vais vous citer à l’appui le texte d’un livre épatant : « Éloge du saucisson, de Confucius à Bocuse, un trésor de l’humanité », de Stéphane Malandain et Inès Peyret, publié aux éditions du Dauphin.
Je cite : « Contrairement aux moutons, aux chèvres ou aux bovins, le cochon, avec ses petites pattes courtes, n’est pas fait pour la vie de nomade. L’homme attend donc de se sédentariser pour se lancer dans l’élevage du porc. (…) Dès le IIIe millénaire (avant J.-C.), le porc a séduit tout le pourtour méditerranéen et quelques villes, comme l’attestent leurs noms, en conservent un souvenir ému. Selon une classification établie par Antonio Frizzi, cité par Gérard Oberlé, on retrouve sus, porc en latin dans le nom de l’antique Suse de Perse, Sousse au Maroc, Susa au Piémont, et pour finir Suez en Égypte. »
« Troie ou Troja en grec veut dire truie. Et cela inclut la ville de Troyes en France. »
À ce sujet, voir notre article : https://gretagarbure.com/2013/05/18/les-mots-des-mets-la-saveur-cachee-des-mots-12/
Mais mieux encore : « Les éleveurs néolithiques du Moyen-Orient consomment le porc avec autant d’enthousiasme que les autres viandes. C’est ce que disent les sites archéologiques de 4000 ans avant notre ère, où les ossements de porc représentent plus du tiers des restes d’animaux découverts. L’interdiction, pour des raisons aussi obscures que multiples, ne vient que beaucoup plus tard. C’est vers le IIe millénaire av. J.-C., que progressivement, dans certains pays, le porc devient tabou. »
Sous les applaudissements de nos si progressistes contradicteurs…?

Une fois encore, pas d’amalgame s’il vous plaît !

Blandine & Patrick

Publicités

6 Commentaires

  1. Caroline M.

    Chers amis de lettres & de goûts, un immense merci pour tout ce que j’apprends en vous lisant ! J’espère bien sincèrement avoir un jour la grande chance de vous voir gambader dans mon potager, un verre à la main et de la cochonnaille dans l’autre !!! Vous êtes plus que bienvenus lors de votre prochaine escale bordelaise !!!

  2. Pingback: P’tit billet d’humeur : Sans c...
  3. tessa

    « Une foire qui existe depuis 554 ans et qui fait partie du patrimoine culturel de la ville de Bayonne », heureusement Bayonne a d’autre source fierté que la fete du cochon , du veau ou du slip, C’est triste un weekend qui celebre sévices graves et actes de cruauté envers les animaux, on a arreté la chasse a la Baleine et l’esclave bien que « Tradition » « Culture et « Patrimoine » SOUTIENT aux Producteurs Locaux de FRUITS ,de LEGUMES, et de VIN , L’elevage industriel est la cause PRINCIPALE de la destruction de l’environnement , l’extinction des especes, et la pollution de la terre et des oceans de plus la Charcuterie est classé cancerigene par l’OMS… Vivez ac votre temps les gars!

    • gretagarbure

      Bien d’accord avec vous quant aux conséquences des élevages industriels.
      Pour le reste, malheureusement, l’orthographe et la ponctuation approximatives nous empêchent de tout comprendre de vos propos, les gars, et donc de vivre totalement avec notre temps… Dommage !

  4. Evelyne Osselin

    Moi aussi, je me régale avec tout ce que vous écrivez, au propre comme au figuré…
    Je comprends mieux maintenant, je n’avais pas lu toutes ces polémiques. Espérons que ça vous aura quand même fait de la pub et que ça incitera les gens à lire votre livre.
    Merci à vous et continuez à écrire, c’est super.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s