Nos mille-feuilles

Secrets & mystères des templiers

par Gilles Van Grasdorff

Le livre de Gilles Van Grasdorff © Greta Garbure

Le livre de Gilles Van Grasdorff © Greta Garbure

J’ai déjà évoqué ce livre en juin en vous parlant de la cave « Terres des templiers » (productrice de vins AOC Banyuls Grand Cru et Collioure qui ne vend qu’en vente directe) et du prix littéraire du roman médiéval qu’elle a créé  sous l’égide de Philippe Brunetti, son directeur général.
Souvenez-vous, c’est là : https://gretagarbure.com/2015/06/08/tout-frais-pondu-11/
Eh bien, j’ai profité de l’été pour lire le roman de Gilles Van Grasdorff dont je vous avais promis la chronique.

L'auteur me dédicaçant son livre © Greta Garbure

L’auteur me dédicaçant son livre © Greta Garbure

C’est un livre très érudit qui m’a passionnée. Bien sûr, il faut être sensibilisée par le sujet — qui a fait partie de ma mythologie familiale ! — et s’intéresser à la période médiévale.
L’auteur a lu, compilé et fait l’analyse de tous les textes sur le thème, examinant à la loupe le mythe des Templiers pour en retracer l’histoire au plus près, recoupant toutes les sources d’informations existantes pour tenter de percer la vérité et de mieux confronter la légende et l’Histoire.

Gilles Van Grasdorff nous raconte notamment comment l’Ordre du Temple a traversé les siècles en conservant son étrange pouvoir de fascination. Fondé en 1120 sous l’impulsion d’Hugues de Payns et de Godefroy de Saint-Omer, il est devenu une redoutable puissance militaire et financière, en Orient comme en Occident, et a exercé une influence occulte, même après sa dissolution en 1320. L’auteur n’omet rien, pas même les épisodes sordides.

On y apprend aussi — j’ai envie de dire surtout — tous les héritages en termes de biens et comment les Templiers ont souvent fait fructifier les donations qui leur ont été faites, bouleversant quelquefois les paysages  par des méthodes de culture révolutionnaires pour l’époque. C’est le cas notamment pour les vignobles que, dans certaines régions, ils ont complètement structurés aux fins de les développer pour faire le commerce des vins et en tirer profit.
C’est justement le cas pour le vignoble de Collioure, qui a les pied dans la Méditerranée et la tête dans les Albères, 
à la fin de la chaîne des Pyrénées.
Pour vous donner un exemple, dans le cadre de son livre, Gilles Van Grasdorff a interviewé Damien Malejacq, ingénieur agronome au GICB « Terre des Templiers » qui lui a expliqué que c’est aux Templiers que l’on doit l’aménagement des flancs de montagne et des coteaux car ce sont eux qui ont inventé le concept des murettes de soutènement et les peus de gall (pieds de coq en catalan) pour limiter l’érosion, permettant ainsi d’aplanir les étages et de retenir la terre. Cela permit de créer un vignoble unique avec un dénivelé important (450 mètres entre les vignes les plus basses et les plus hautes). Et pourquoi pieds de coq ? Parce que les rigoles obliques ou agulles forment un réseau en forme d’empreinte de patte de coq autour du collecteur central !

Je vous le dis : ce livre est passionnant. Sans être véritablement une exégèse de la littérature templière, il constitue une enquête exhaustive qui fourmille d’anecdotes et nous raconte avec passion les dessous de notre patrimoine.

Blandine Vié

Secrets & mystères des Templiers
Gilles Van Grasdorff
Presse du Châtelet
Prix : 19,95 €

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s