Couenneries

Carcassonne
et la légende de Dame Carcas

Dame Carcas via centerblog.net

Dame Carcas via centerblog.net

La célèbre cité fortifiée de Carcassonne a une légende bien troublante, en tout cas paradoxale !

En effet, à l’époque médiévale, du temps du Saint-Empereur Charlemagne, elle fut aux mains des Sarrasins*, de confession musulmane (bien que le terme n’existât pas avant le milieu du XVIe siècle). Charlemagne rappliqua donc avec ses douze pairs, ses douze cent paladins et ses bataillons chrétiens pour délivrer la citadelle, alors occupée par le Prince Balaach !

Mais, dès la première bataille, le Prince et tous ses chevaliers partis combattre moururent !
Cependant, la femme de Balaach, qui se nommait Carcas, prit les armes de son époux et se mit à la tête de tous les hommes restés dans la cité, décidant de soutenir vaillamment un siège. Qui dura cinq ans !
Cinq années pendant lesquelles des batailles et des tournois se succédèrent, car Charlemagne admirait le courage de la sarrasine. Le comte Oliban, son favori, en tomba même amoureux. Mais, vertueuse, la jeune femme le balafra et continua à se battre jusqu’au jour où le dernier de ses soldats mourut au combat !
Ne se démontant pas pour autant, au premier jour de la sixième année, Carcas fit des hommes de paille et les plaça sur des créneaux à des points stratégiques. Puis, alors que la nourriture et l’eau commençaient cruellement à manquer et qu’il ne restait plus qu’un pourceau et une hermine** de blé, elle entreprit de gaver le premier avec le second et le balança par-dessus les remparts pour faire croire que la cité regorgeait toujours d’hommes et de vivres !

Dame Carcas © Éditions Loubatières (Dame Carcas de Jean-Claude Pertuzé)

Dame Carcas © Éditions Loubatières (Dame Carcas de Jean-Claude Pertuzé)

Le cochon de Dame Carcas © Éditions Loubatières (Dame Carcas de Jean-Claude Pertuzé)

Le cochon de Dame Carcas © Éditions Loubatières (Dame Carcas de Jean-Claude Pertuzé)

Charlemagne crut d’autant mieux en ce stratagème que le cochon s’éventra en tombant, libérant tout le froment qu’il avait dévoré goulûment ! Aussi décida-t-il de lever le siège et de rebrousser chemin avec son armée, pensant qu’il faudrait encore des années pour en venir à bout.

Pourtant l’histoire ne finit pas là car désormais seule, Dame Carcas sonna du cor et fit tomber la herse en signe de paix puisque qu’elle était victorieuse et que son honneur était sauf ! « Carcas sonne ! » s’écria Oliban, heureux de faire demi-tour. Charlemagne apprécia le mot et, dit-on, voulut que cela devienne le nom de la ville ! En prime, il maria Oliban et Carcas qui eurent beaucoup d’enfants !

Très jolie légende, me direz-vous ?
Mais je me suis toujours demandé pourquoi on élevait des porcs dans une cité sarrasine !
Sûrement parce que cette légende est imaginaire…

Blandine Vié

* Pour faire court, on qualifie de Sarrasins les peuples de confession musulmane durant l’époque médiévale en EuropeD’autres termes coexistent comme « Maures », qui renvoient aux Berbères de l’Afrique du Nord après la conquête musulmane.

** ancienne unité de mesure

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s