Jeux de quilles

Des bouteilles qui ont du cul !

Les culs-de-bouteille du rosé « M » de Château Mangot (famille Todeschini).

Les culs-de-bouteille du rosé « M » de Château Mangot (famille Todeschini).

Comme dirait l’autre — l’autre s’appelant tout de même Alfred de Musset ! (in « La coupe et les lèvres », 1830, Premières poésies) — : « Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse ? ».

Il va évidemment sans dire que c’est le contenu de la bouteille qui est essentiel et que, même si le contenant est moche et guère engageant — surtout si en plus l’étiquette elle-même est laide ! — ça ne change en soi rien au vin… sauf psychologiquement !
En revanche, lorsque le contenant et le contenu sont en adéquation, le plaisir de la dégustation est augmenté par celui de l’esthétique.

Bon, il y a aussi les traditions — or, ne l’oublions pas, l’héritage, c’est le socle de la culture — qui font que certaines régions ont des formes de bouteilles typiques : l’élancée bordelaise (ou « frontignan »), utilisée aussi pour les vins du Sud-Ouest et du Languedoc ; la paradoxalement plus « gironde » bourguignonne (ou « feuille morte ») ; la longue flûte alsacienne ; la « muscadet » et l’ « anjou » dédiées aux vins de Loire ; la « jura » et le « clavelin » jurassiens ; la plus pansue rhodanienne ; la flûte à corset provençale ; la gaillacoise ; la champenoise, etc.

À cette polymorphie, s’ajoute la couleur du verre qui peut varier du transparent cristallin à des tons de vert… bouteille ou de jaune. Ce n’est pas notre propos d’en parler dans cet article.

Nous ne disserterons pas non plus sur toutes les parties qui composent la bouteille (en partant du goulot) et qui sont un peu comme les courbes d’une femme : bague (en anneau, en cordon, pleine, carrée), col (droit ou enflé), épaule (tombante, arrondie ou droite), corps ou fût ou ventre (droit, conique, renflé), jable (droit ou à talon).

Non, obsédés que nous sommes sur gretagarbure, nous ne nous intéresserons (aujourd’hui) qu’à son fond ou plus prosaïquement… à son cul ! Qui — vous ne le saviez peut-être pas — peut-être plat, piqué (creux) ou semi-piqué (moins profond que piqué).

Oui le « cul » — ou cul-de-bouteille ou culot — est un terme imagé qui désigne la partie inférieure d’une bouteille, c’est-à-dire son fond.
Fonds de bouteilles à ne pas confondre avec ceux qui servent à faire la ripopée dans les tavernes peu scrupuleuses. Et si vous ne savez pas ce qu’est une ripopée, allez voir ici : https://gretagarbure.com/2014/02/25/les-mots-des-mets-la-saveur-cachee-des-mots-35/

Techniquement, le cul-de-bouteille est fait à partir d’un morceau de verre étalé en disque dont la partie centrale plus épaisse est réalisée par soufflage en couronne.
Quand le fond est convexe (creux), il peut être plus ou moins profond. Le juste terme pour ce « trou », cet enfoncement est « piqûre ».
On peut se demander le pourquoi de cette coquetterie.
Mais en fait, il y a plusieurs raisons à cela :
— Tout d’abord, la piqûre assure la stabilité de la bouteille afin qu’elle n’oscille pas quand elle est debout.
— Ensuite, visuellement, cela donne l’illusion d’une capacité plus importante.
— Enfin, cela facilite la prise de la bouteille pour le service du vin, le pouce pouvant se glisser dans le cul. Vous avez dit trivial… meuh non !
— Quant aux bouteilles d’effervescents, la piqûre est profonde parce qu’à une étape de la vinification, on entrepose les bouteilles « sur pointe » (pointage), c’est-à-dire sur des pupitres percés, goulot vers le bas pour que le dépôt descende vers le col par effet de gravité. La piqûre facilite alors la rotation manuelle des bouteilles.

Mais, si la tradition est une chose éminemment respectable, d’un autre côté, il est légitime de vouloir mettre sa patte et d’innover.
C’est justement ce qui nous a interpellés : l’apparition depuis quelque temps, de culs-de-bouteille… enjolivés !

La première bouteille à nous avoir surpris, c’est le rosé « Côte des roses » de Gérard Bertrand, avec son très original fond en forme de rose, dessiné par un jeune designer de l’École Boulle, en partant du postulat que ce vin peut s’offrir… comme un bouquet de roses !

Côte des roses rosé Gérard Bertrand © Greta Garbure

Côte des roses rosé Gérard Bertrand © Greta Garbure


C’est joli, séduisant et malin… car les bouteilles étant difficiles à ranger — ou alors, à l’envers dans un vase ! — on est presque « obligé » de les boire rapidement !
Tellement joli que beaucoup de consommateurs achèteront le vin rien que pour la bouteille !
Personnellement, j’ai essayé de me servir du fond de bouteille comme empreinte sur de la pâte sablée aux fins d’obtenir des biscuits en forme de roses… mais ça ne marche pas ! 😦

CUl-de-bouteille rose Gérard Bertrand © Greta Garbure

Cul-de-bouteille rose Gérard Bertrand © Greta Garbure

La deuxième bouteille croisée au fond joliment travaillé le fut lors d’une dégustation des vins « Les Terres de Saint-Hilaire », en blanc et en rosé. Un moucheté que la couleur pastel des vins fait scintiller et qui, réciproquement, fait scintiller les vins.

Oppidum rosé

Et puis, un communiqué de presse des vins Mangot nous a ravis avec son « M » de Mangot, un rosé très pur et élégant décliné en quatre flacons avec différentes piqûres personnalisées (collection « Éclat » de Saverglass). Passionnée par le design, la famille Todeschini a ainsi souhaité « faire un objet unique qui consacre l’émotion d’un vin inédit. »

Fouineuse comme je suis, j’ai voulu en savoir plus et j’ai demandé quelques précisions à Yann Todeschini. Je voulais surtout savoir pourquoi avoir adopté les quatre piqûres pour un même vin plutôt que pour quatre vins différents. Et ses réponses m’ont passionnée.
Tout d’abord, pour son équipe, chaque cul évoquait des objets différents :
• La « constellation » (ciel étoilé) : une balle de golf, des crampons de foot, un dé à coudre.
• 
La « falling star » (étoile filante) : un volcan, le ravinement d’un sol, un cupcake, des racines, une écorce, un halogène. Elle peut aussi symboliser la matière (terre ou bois) qui interpelle.
• La « star shining » (étoile brillante) rappelle un moule à canelé, une araignée, mais aussi le M de Mangot.
• La « moon rising » (lune montante) — après les étoiles, on finit sur la lune — fait quant à elle allusion à un temple, une pyramide, un verre plastique pliable de l’époque.

                              Bordelaise Éclat « Constellation »                         Bordelaise Éclat « Falling Star »                         Bordelaise Écat « Star Shining »                         Bordelaise Éclat « Moon Rising »

 Et Yann de poursuivre : « J’ai rapproché chaque cul d’un ou de plusieurs adjectifs du vin :
Star shining : à l’image du vin, fin et épuré ;
Fallling star : c’est le lien à la terre et la vivacité, comme une étoile filante ;
Constellation : c’est la complexité, le croquant ;
Moon rising : c’est l’ampleur, la largeur, le gras, la construction du vin tel un mille-feuilles.

Comme quoi regarder un cul est toujours instructif !
Comme quoi aussi, une bouteille bien culottée peut ajouter non seulement de la poésie et du charme au vin qu’elle contient, mais aussi lui conférer un petit supplément d’âme. Non parce que ça rend le vin meilleur… mais parce le cul de la bouteille aura suscité une réflexion induisant une approche plus attentive du vin et que cela préparera vos papilles à une dégustation plus subtile.

Blandine Vié

PS : Il va sans dire qu’après avoir marqué ces bouteilles à la culotte, nous vous parlerons bientôt de leur contenu !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s