Traditions, us et coutumes

L’« os des vœux »
ou le jeu du bréchet

Bréchet de chapon © Greta Garbure

Bréchet de chapon © Greta Garbure

Il est une tradition qui, me semble-t-il, est presque tombée en désuétude : celle de l’ « os des vœux », encore appelé « os de la chance », « os du bonheur »  ou « os de la victoire ». En un mot : le bréchet !

Vous ne connaissez pas ce jeu ? Vous ne l’avez jamais pratiqué lorsque vous étiez enfant ?
Il faut deux protagonistes (généralement des enfants ou un parent et un enfant) qui, une fois la volaille découpée, se saisissent de l’os chacun par une branche de la fourche formée par le bréchet et doivent tirer jusqu’à ce que l’os casse ! Celui qui a gagné est celui qui a la branche la plus longue, c’est-à-dire celle qui comporte la « crête sternale » (ou « crête médiane du sternum » ou encore « quille du sternum ») qui se trouve à l’intersection de la fourche.
L’usage veut qu’on fasse un vœu au préalable et donc, celui qui gagne voit théoriquement son vœu exaucé.
En anglais, cet os s’appelle d’ailleurs « wishbone ».

Bréchet cassé © Greta Garbure

Bréchet cassé © Greta Garbure

On appelle aussi cet os « fourchette » ou de son nom latin furcula. La fourchette joue le rôle d’un ressort qui maintient l’écartement des épaules lors des mouvements des ailes. En fait, il correspond aux deux clavicules soudées des oiseaux qui volent (ou volettent). C’est sur cette lame osseuse que s’insèrent les puissants muscles pectoraux nécessaires au vol. Il fait partie de la cage thoracique.

Les 2 morceaux du bréchet © Greta Garbure

Les 2 morceaux du bréchet © Greta Garbure

Cette coutume de casser l’os des vœux semble un jeu d’enfant mais en fait, elle remonte au temps des Étrusques (400 ans avant notre ère) lorsqu’il était courant de lire des oracles divinatoires dans les gestes les plus quotidiens.
Éloïse Mozzani nous apprend même dans son « Dictionnaire de superstitions » que le bréchet était alors considéré comme bénéfique en raison de sa ressemblance avec un fer à cheval. Les Romains pensaient plutôt que sa forme de V ou de Y évoquait l’entrejambe humaine, donc la vie et la fécondité.

Alors, en mangeant votre prochain poulet,
pensez-y, jouez  et faites un vœu !

Blandine Vié

Advertisements

Un commentaire

  1. Stéphane Marchand

    Il me semble aussi qu’il y a une règle pour ce jeu du bréchet : chacun des deux protagonistes ne tient pas sa partie d’os n’importe comment mais par le petit doigt (auriculaire) à demi plié… Non ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s