Bonne table… ou évi-table !

Carton rouge
Restaurant bar à vins
Paris 9e

Épaule d'agneau confite © Greta Garbure

Épaule d’agneau confite © Greta Garbure

Voilà un bistrot comme on les aime : agréable et régalant !
Le cadre est celui d’un bistrot contemporain (le rouge et le noir y dominent, apportant une touche chic), le personnel sympathique et la cuisine décline les classiques en les revisitant sans ces fioritures chichiteuses qui compliquent inutilement les assiettes des meilleures tables. Bref, on s’y sent bien, nos papilles, nos estomacs et nos gosiers aussi ! Car les vins ne sont pas en reste, comme va vous l’expliquer Patrick !

Allez… à table !

Nous commençons par une « crème de potiron et lard » (8,50 €) et une « salade de haricots verts et de fèves au chorizo » (8,50 €) tout à fait réjouissantes.
Mais nous avons d’abord hésité avec la « poêlée de champignons et œuf mollet bio » (10,50 €) et la « burrata crémeuse et sa fine purée d’artichauts camus, salade de mâche à l’huile de truffe » (12,50 €), tout aussi tentantes.

Crème de potiron et lard © Greta Garbure

Crème de potiron et lard © Greta Garbure

Salade de haricots verts et fèves au chorizo © Greta Garbure

Salade de haricots verts et fèves au chorizo © Greta Garbure

Hésitation aussi pour les plats de résistance ! Nous trouvons que la « noix d’entrecôte 350 g, pommes frites et béarnaise maison » (24 €) et les « blancs de seiche et linguine façon carbonara » (19 €) ont des attraits bigrement salivants mais nous craquons finalement pour une « épaule d’agneau confite, carottes fondantes à l’orange et coriandre fraîche » (22 €) et un « suprême de volaille rôti, gratin de macaroni zita, sauce diable » (22 €). Heureux choix que nous ne regrettons pas ! C’est goûteux, fondant, structuré, équilibré, respectueux de la tradition mais plus joliment mis en scène qu’à la maison.
Et cerise sur le gâteau — ou plus exactement… os sur le blanc — le suprême est un vrai suprême : https://gretagarbure.com/2013/12/28/les-mots-des-mets-la-saveur-cachee-des-mots-30/

Suprême de volaille, gratin de macaroni zita © Greta Garbure

Suprême de volaille, gratin de macaroni zita © Greta Garbure

On aurait bien repris de tout mais ça n’aurait pas été raisonnable ! D’ailleurs, pour une fois, sur mon insistance parce que j’adore l’amaretto, nous ne nous partagerons qu’un seul dessert au lieu des deux trois habituels : un « tiramisu à l’amaretto » (8 €) où un trait de liqueur en plus ne m’aurait pas déplu ! Mais gourmand comme il est de sucré, je me demande comment Patrick a fait pour résister à la « crème brûlée à la cassonade » (8 €), au « fondant au chocolat, cème anglaise au pralin » (11 €), à la « crème de marrons façon Mont-Blanc » (10 €).

Tiramisù à l'amaretto © Greta Garbure

Tiramisù à l’amaretto © Greta Garbure

Sur ce repas à la bonne franquette, nous avons bu le très chouette Pas de l’Escalette – Les Petits pas 2013 (6 € le verre, 18 € les 46 cl) mais pas une topette, pas non plus une fillette : une belle bouteille (24 €). Frais, facile, fruité, un vin de bon plaisir.

Le Pas de l'Escalette © Greta Garbure

Le Pas de l’Escalette © Greta Garbure

Pour une fois, figurez-vous que je me suis enthousiasmé à la lecture de la carte des vins ! Des « grands » noms, des « petites » appellations, l’inverse aussi, que des vins francs du collier. J’avais envie de tout boire ! Dangereux mais tellement tentant ! J’aurais bien avalé au goulot les blancs classiques : la cuvée des Conti en Bergerac, la cuvée Marie de Charles Hours, l’aligoté deMikulski, le mâcon villages des Bret Brothers, l’ Insolite des Roches Neuves à Saumur, mais également des Meursault, Châteaneuf-du-Pape, le Mas Jullien, le domaine de Vaccelli en Corse… le tout entre 21 et 74 €.

Dans les rouges, on peut commencer par le Brem de Thierry Michon, le Marcillac du Cros, le Saint-Chinian indispensable de Borie la Viarèle, des petits pinots et puis on continue l’ascension : Cuilleron, la Janasse, l’incomparable Arretxea, Foillard, les schistes de La Liquière…
À la recherche de vins plus puissants, on se fait choper par quelques jolis domaines : Aydie, Montcalmès, l’Oratoire Saint-Martin, un cornas de Voge, une côte rôtie de Gérin, à une marche du paradis, un gevrey-chambertin de Geantet-Pansiot, et tout ça de 19 à 72 €.

On se prend à rêver… qu’on revient demain !
Pour certains, l’escalade peut même se poursuivre vers la Grange des Pères, le Vieux Télégraphe, Beaucastel, Jamet, Trévallon…

Promis, j’arrête ! J’ai assez joué avec vos nerfs et Blandine s’impatiente ! Mais j’insiste car ce n’est pas si fréquent : les prix des vin sont ici extrêmement et exceptionnellement raisonnables !

Nous vous le répétons donc avec insistance : la cuisine simple et raffinée à la fois (ce n’est pas antinomique) du jeune chef David Gutman est séduisante en diable, la carte des vins élaborée par le propriétaire et passionné de vin Jean-Guillaume Hazeaux épatante, et tout ça à des prix très abordables !

Autant de raisons pour laisser ici le rond de serviette de Greta Garbure !

Rond de serviette

Menu du jour à 20 €
Carte 35-45 € hors vins.

Invitation d’un attaché de presse.

Blandine et Patrick

Carton rouge
6, rue de Maubeuge
75009 Paris
Tél : 01 45 26 89 41
M° Notre-Dame de Lorette, Cadet ou Le Peletier.
Ouvert du lundi au vendredi de 11 h à 14 h 30 et de 18 h à 01 h.
Ouvert samedi de 18 h à 01 h.
Terrasse aux beaux jours.
http://www.carton-rouge-paris.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s