Bonne table ou… évi-table ?

La Cabane à huîtres
Vente à emporter
et dégustation sur place

Biarritz, Pyrénées atlantiques

La cabane à huîtres

Voici une découverte comme on aime en faire !

Tout commence par un petit tour à la Halle aux Poissons de Biarritz — Hiri barneko merkatua — et comme une envie de déguster des huîtres vu qu’il est midi passé, ce qui est une heure plus que légitime pour prendre l’apéro… et que, justement, la tentation est à portée de main, à l’Écaillerie !

On s’offre donc une assiette de fines de claires avec un verre de vin blanc, rituel qui en sublime naturellement la dégustation !

Huîtres © Greta Garbure
Et puis on tape la discute avec le blond Marc Nopal… qui ouvre les huîtres plus vite que son ombre !

Marc Nopal (à gauche) © Greta Garbure

Beaucoup d’adresses « mythiques » où nous serions bien allés faire un tour sont fermées — pour beaucoup, fin juin, c’est la période des congés avant le rush estival ! — et nos estomacs commencent à crier famine.
Marc nous signale alors qu’avec son frère Jean, ils ont une cabane à huîtres en ville, où l’on peut déguster des assiettes avec les produits de la pêche du jour mis en scène façon cassolettes ! Banco ! Tout à fait ce qu’il nous faut !
Aussitôt dit, aussitôt fait !

Historiquement, la cabane à huîtres, c’est une maisonnette aménagée au bord de l’océan où l’on vient pour manger des huîtres, des coquillages, des crevettes, à déguster tels quels ou cuisinés simplement. Il n’en reste plus beaucoup d’authentiques sauf peut-être en Charente-Maritime où elles témoignent de la tradition ostréicole.

La plus urbaine cabane de Biarritz est néanmoins pimpante, tout en bois blond clair, et l’accueil du brun Jean Nopal (le frangin) on ne peut plus sympathique et souriant. Mais ce n’est rien à côté de la carte ! Courte mais épatante et appétente !

Jean Nopal © Greta Garbure

L'ardoise © Greta Garbure

Cassolettes © Greta Garbure
Nous choisissons des chipirons (9 €) — je n’ai pas souvent l’occasion d’en manger ! — et des kokotxas de merlu frites (9 €). La kokotxa, c’est la partie basse du menton du merlu en basque. Celles de morue sont également très bonnes.
C’est tout parce qu’on a déjà mangé des huîtres avant !
Eh bien les amis, on a fait bonne pioche !
Les chipirons sont justement cuits et la friture légère ! Un régal !

Cassolette de chipirons © Greta Garbure

Cassolette de kokotxas © Greta Garbure

Kokotxa frite © Greta Garbure

Maintenant, qu’est-ce qu’on boit ?

« Un albariño de Galice dans l’appellation d’origine « Rias Baixas » (4,50 € le verre, 25 € la bouteille). Avec ses arômes de pêche jaune et d’abricot, ce n’est sans doute pas le plus approprié sur nos cazuelas (légèrement dominateur, le bougre !) mais j’en avais envie ! J’aime souvent les vins de Galice. D’ailleurs, on en reparlera. »

Nos cassolettes et nos verres © Greta Garbure

Bref, la vie est belle et l’humeur joyeuse ! Nous reviendrons !

Addition payée

Blandine & Patrick

L’Écaillerie
Jean et Marc Nopal
Fruits de mer Halles centrales de Biarritz
Tél : 05 59 24 06 72
Plateaux sur commande.

L'écaillerie

L'écaillerie verso

La Cabane à huîtres
Jean et Marc Nopal
Vente à emporter et dégustation sur place
62, rue Gambetta
64200 Biarritz
Tél : 05 59 54 79 65
Ouvert du mardi au samedi de 12 h à 14 h 30 et de 18 h à 23 h

La cabane à huîtres verso

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s