P’tit billet d’humeur

Tout ce qui est doré n’est pas d’or !

Enveloppe dorée via enveloppeshop.fr

Reçu ce matin au courrier une invitation-presse dans une enveloppe dorée !
Sûrement l’illusion — un rien manipulatrice — pour l’expéditeur d’avoir envoyé quelque chose de précieux, de très chic, et de donner ainsi au destinataire une impression de luxe.

Quand ça vient d’une grand-mère qui envoie une lettre à sa petite fille pour Noël — ou l’inverse — c’est touchant ! On comprend bien l’intention de sacraliser l’échange.

Mais quand il s’agit d’une invitation ou d’un dossier de presse envoyé à des journalistes, là, ça devient beaucoup plus ambigu, surtout dans le domaine de la gastronomie et du vin.
Car l’intention affichée est très clairement d’envoyer un message subliminal… dès fois que le journaliste serait déficient mental et pas capable de décrypter tout seul le contenu de l’enveloppe.
Remarquez, pour être complètement objective, ces repères grossiers sont parfois prescripteurs pour certains journalistes « presse-scripteurs » qui travaillent aux ciseaux. Vous voyez, je pratique aussi la charité bien ordonnée…
Bon, quand il s’agit de champagne, admettons ! Le raccourci est un peu primaire mais l’équation efficace.

Bulles de champagne via cavesmaillol.fr

Mais quand ça concerne tout et n’importe quoi, n’est-ce pas factice et du plus parfait mauvais goût ?
Pub et marketing doivent-ils forcément passer par ces codes racoleurs ? Ce qui est juste vulgaire et tape-à-l’œil, très nouveau riche, et pour tout dire, très beauf !

Démarche — ou plutôt démarchage — qui résume hélas assez bien une philosophie très actuelle : tout dans l’emballage !
Un emballage qui finit de toute façon à la poubelle, parfois même avec son contenu…
D’ailleurs, n’est-il pas amusant de constater que les mots « dorure » et « ordure » sont des anagrammes ?
Moi, ces petites fantaisies sémantiques, ça me réjouit !

abstract background of wrinkled golden paper

Quant au vrai luxe, la sobriété et la discrétion ne feraient-elles pas mieux l’affaire que cet étalage ostentatoire qui donne la primeur à l’esbroufe aux dépens des qualités intrinsèques du produit à mettre en valeur, en exergue.
Bref, comme en toutes choses, ne serait-il pas plus noble 
de privilégier l’être plutôt que le paraître ?

Dites donc, cette petite réflexion… vous ne trouvez pas que ça ferait un sujet « en or »  pour le bac de français ?

Blandine Vié

Publicités

7 Commentaires

  1. Modat Philippe

    Le jour ou je ferai un dîner presse, j’utiliserai un papier recyclable, bio, discret.
    Message reçu.
    Sur le fond, je suis d’accord pour que le contenu soit toujours plus intéressant que le contenant qui doit simplement ne pas empêcher de découvrir le premier.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s