P’tit billet d’humeur

POURQUOI JE VAIS ARRÊTER
DE MANGER DES LÉGUMES !
Mes 10 bonnes raisons…

légumes
Marre du mouvement VEGAN (véganisme, végétalisme intégral) et des végétariens de tout poil… ou plutôt de toute pelure !

Certes, tous les goûts sont dans la nature et je les respecte.
À condition qu’on respecte également les miens et qu’on ne m’impose pas d’en adopter d’autres !
Alors sus au prosélytisme et à la culpabilisation systématique.
Ne faisons pas d’un goût, d’un choix personnel une pensée uniforme et directrice, une philosophie, encore moins une morale !

Oui, marre, marre, marre d’être de plus en plus souvent stigmatisé parce qu’on mange de la viande !
L’homme est par essence omnivore. Donc carnivore. Aussi !
Bien évidemment, il faut raisonner sa consommation.
Manger moins de viande élevée dans de meilleures conditions — pas d’élevages intensifs, pas de souffrances animales — ça va de soi tant pour le bien-être des animaux que pour la dignité des hommes et l’avenir de la planète.

On est tous d’accord là-dessus.
Mais les conditions de production des fruits et légumes ne sont pas forcément meilleures ni plus équitables, ni pour les producteurs, ni pour l’environnement. Loin de là !

Alors cessons d’opposer les rouges (mangeurs de viande forcément sanguins et agressifs) aux verts (mangeurs de verdures forcément paisibles, ascendant « peace and love ») ! D’ailleurs les deux couleurs sont complémentaires.
Sinon le rouge de la confusion pourrait bien finir par nous rendre verts de rage !

légumes via afrocuisine.blogspot.com

En tout cas, en réaction à la montée du dogme végétarien, c’est décidé : moi, je vais arrêter de manger des légumes !
Voici pourquoi : 

1 • Rappelons-nous nos souvenirs gourmands d’enfance !
Qui n’a pas dans un petit coin de sa mémoire la réminiscence d’une odeur, d’un goût délicieux lié à un plat dégusté chez sa mémé le dimanche ou fait par sa Maman ? Même une simple tartine de goûter.

Certes, il y a beaucoup de desserts dans le lot : gâteau au chocolat, riz au lait, crème caramel, crêpes ou beignets.
Mais n’avez-vous pas aussi les stigmates émouvants d’un poulet rôti et de sa purée dans laquelle vous faisiez un trou pour la sauce, d’un beau gigot qui vous faisait saliver parce que vous saviez qu’en tant que benjamin, on allait vous attribuer la souris, d’une terrine giboyeuse qui vous emmenait dans la forêt dès son couvercle soulevé, d’une tartine de rillettes avant une partie de pêche, d’une daube qui parfumait toute la maison et qui vous donnait l’impression d’avoir le droit de boire du vin.
Mais de combien de plats de légumes vous souvenez-vous autrement qu’avec dégoût comme ces infâmes ragougnasses de cantine : endives, épinards, purée de pois cassés façon bouse vache, potiron, betteraves, que d’évocations à l’arrière-goût fadasse ou fétide, même si vous avez peut-être appris à aimer ces végétaux plus tard ?

Purée de pois cassés via cocooningcook.canalblog.com

2 • Le diktat des 5 fruits et légumes par jour est une connerie !
Nous nous sommes déjà largement expliqué sur le sujet : https://gretagarbure.com/2013/01/26/la-chronique-de-greta-garbure-3/.

D’ailleurs, de plus en plus d’organismes sanitaires mettent en garde contre les effets culpabilisants pervers de ce slogan gouvernemental.
Ainsi, de plus en plus de forums de santé assurent qu’il faut notamment se méfier des fruits riches en fructose, un sucre qui serait mal métabolisé par l’organisme, qui provoquerait des pics de glycémie et l’accumulation de graisses dans nos cellules.

Et puis, à quand le diktat des fleurs puisque nombre de restaurateurs se croient obligés d’en ajouter partout au point que nos assiettes finissent par ressembler aux chapeaux de la reine d’Angleterre !

Chapeau fleuri reine d'Angleterre via jackaimejacknaimepas.blogspot.com

3 • Légumes et fruits sont bourrés de pesticides !
Courgettes, poivrons et salades en tête ! Surtout ceux achetés dans les supermarchés et venant pour la plupart de l’étranger. Mais même ceux achetés au marché.

Tout comme les fruits d’ailleurs ! Notamment les fraises, les pommes, les poires et les raisins.
Ainsi, savez-vous qu’une pomme subit en moyenne 36 traitements ?
Et qu’on peut détecter 10 fongicides sur un grain de raisin ?
Raison supplémentaire pour ne pas ingurgiter 5 fruits et légumes par jour. Car même dans le cas de concentrations extrémement faibles, il peut se produire un effet synergique inquiétant.
Et contrairement à une idée reçue, même les légumes « bios » n’en sont pas exempts !
D’une part parce que les sols en sont gorgés et qu’il faudra(it) des années pour les dépolluer. Sans compter qu’un producteur bio ne peut pas maîtriser les conséquences des traitements que font ses voisins à cause de facteurs traîtres comme les vents, les pluies, l’écoulement des eaux, l’irrigation depuis la nappe phréatique, etc.
D’autre part, parce que, aussi vigilants que puissent être les maraîchers, zéro traitement, c’est un leurre !

Pesticides via aucoeurdesmots.org

4 • Les pesticides se fixent surtout dans la peau des fruits et légumes.
Or la crise actuelle — qui a parfois bon dos au point de servir complaisamment d’alibi-refuge — a généré une mode du recyclage culinaire qui invite à cuisiner nos épluchures : soupes de fanes de carottes, de navets ou de radis, pelures de pommes de terre frites, légumes en tous genres désormais cuisinées avec leur peau, etc.

L’idée n’étant pas nouvelle, de vieilles recettes de grands-mères sont exhumées d’ancestraux manuels d’économie domestique et font les délices des foodistas tout comme dans les années quatre-vingt, elles firent celles des post-soixante-huitards qui, l’une des premières crises obligeant, faisaient ce qu’on appelait alors la « chasse anti-gaspi » !
J’ajoute  que lorsque j’ai écrit mon livre de cuisine pour les bébés, avec évidemment la caution d’un pédiatre, celui-ci a mis les mamans branchées nature en garde contre la tentation de préparer des soupes de légumes aux fanes de carottes, celles-ci ayant la particularité de fixer les nitrates. Dont acte !

Épluchures de courgettes via suite 101.fr

5 • Y en a marre des légumes oubliés !
Ils poussent en vrac sur toutes les cartes de restaurants sans même qu’on daigne les nommer individuellement. Allez, tous dans le même sac de jute !

Et depuis le temps qu’ils sont réapparus sur nos tables avec fracas il y a une quinzaine d’années, même en étant frappé de la maladie d’Alzheimer, on ne saurait plus jamais les oublier !
https://gretagarbure.com/2013/01/12/la-chronique-de-greta-garbure-10/
Et en plus, ils font péter !

Légumes via bio.pronatura.com

6 • Pour un Alain Passard qui transcende la carotte, le panais et la betterave comme personne…
— on peut d’ailleurs se lasser de cette passion monomaniaque qui a tendance à tourner un peu en rond une fois qu’on s’est émerveillé devant une betterave en croûte de sel et un poireau à la barbichette grillée — une cohorte de cuisiniers en mal d’imagination mais avec un fort instinct grégaire s’engouffre dans une brèche qui devrait rester le pré carré de quelques artistes.
Quant à la mode des mini-légumes et des légumes qui se déclinent désormais de toutes les couleurs, cela apporte-il réellement quelque chose à part un supplément de prix ? Certes, c’est joli. Mais le contenu de mon assiette est fait pour pour me nourrir et si possible flatter mon palais, pas pour être accroché au mur…

Chou-fleur violet via doudou.gheerbrant.com

7 • Ce n’est pas parce que je mange de la viande que je n’aime pas les animaux !
Même les petits, les tout petits, voire les infiniment petits !

Or, je ne voudrais pas priver le monde grouillant de l’humus — asticots, vers de terre, lombrics, chenilles, mouches, pucerons, cloportes, fourmis, mille-pattes, doryphores, larves et chenilles, teignes, taupins, piérides du chou, araignées, acariens, punaises et autres insectes ravageurs — de sa nourriture préférée.
Toute cette faune qui rend la terre vivante et lui permet justement d’être une matrice généreuse.
Mais une faune qui aime les grignotages intempestifs de toutes ces plantes potagères. Ah ! la prédilection des vers blancs pour les navets, les poireaux et les petits pois — et je ne vous parle même pas de leur amour pour les champignons ! — des chenilles pour les feuilles de chou, des petites bestioles qui trouent les fanes de radis façon dentelle de Calais, etc. etc.
Sans oublier les caresses assassines des limaces et des escargots sur les salades. Ni des amputations de tubercules par de petits rongeurs.
Que de viande, en somme… dans la chair des légumes !

Teigne du poireau via gerbeaud.com
Limaces sur salades via comptoirdesjadiniers.fr

8 • Côté sémantique, les légumes se la pètent !
(Et les fruits aussi…)
Bah oui, ils ramènent tout le temps leur fraise dans la conversation !

On parle d’argent et hop, voilà que déboulent l’artiche, l’oseille, les radis, le blé.
On parle de forme, de santé et de bonne humeur et ça repart ! Ils ont la patate, la frite, la pêche ou la banane ! C’est à se fendre la pêche !
A contrario, on parle de crise, et là, c’est la fin des haricots. Ils ne tardent pas à se prendre le chou puisqu’évidemment personne n’est d’accord, que tout le monde raconte des salades et que les carottes sont cuites. Moi, j’ vous le dis :  les marrons vont bientôt pleuvoir, tout ça va finir à la castagne et nous retomber sur la poire !
On parle de cul et ça continue : Monsieur a un cœur d’artichaut, il devient rouge comme une tomate et frétille de la carotte (ou du poireau) dès qu’il voit une belle plante, surtout si elle a les yeux en amande, les seins en forme de pommes ou de poires ! Et je vous fais grâce des allusions à sa figue ou son abricot…
Non, mais je vous jure, sont bêtes comme chou ces hommes ! Z’ont un pois chiche en guise de cerveau ! Même les vieilles noix qui sucrent les fraises ! La sagesse, tu parles…
Bref, c’est à croire que la culture aujourd’hui, c’est avant tout la culture du potager !
J’en ai les oreilles en chou-fleur d’entendre ainsi les mots se pavaner !

Seins en forme de poires via artactuel.com

9 • J’aime pas les grosses légumes !
Ni les petites d’ailleurs ! Vous savez, ce monde de sous-chefs et d’adjudants qui vous pourrit la vie dans toutes les circonstances du quotidien dès qu’ils ont un fauteuil derrière un guichet, à la poste, à la sécu ou aux impôts ! Comme si c’était un trône ! Et vous, pendant ce temps-là vous faites le poireau en rang d’oignons. Et tout ça la plupart du temps pour faire chou blanc !

Sans oublier les contractuelles — que dis-je ? les aubergines ! — qui vous balancent des prunes à tout bout de champ !
Quant au big boss, le vôtre, celui du gouvernement ou le vieux barbu là-haut, plus ils nous prennent pour des poires et plus ils ont la tête comme un melon, que dis-je, comme une pastèque !
Leur unique but, c’est de nous faire marcher au bâton et à la carotte !

Alors, être une grosse légume, est-ce un sort enviable ?
Vous avez dit vivre comme un légume ?

Grosses légumes via hydropassion.com

10 • Enfin, et surtout, je ne supporte plus le cri de la carotte quand on l’arrache à sa terre nourricière.
C’est trop cruel !
Un sacrifice qui me donne la chair de poule.
Et qui se poursuit par des actes de torture !
Puisqu’ensuite on la pèle à vif !
Et ne me dites pas que la gratter lui fait moins mal !
Que des fois même on la coupe en rondelles !
Puis qu’on la jette dans l’eau bouillante  ou qu’on la fricasse au beurre brûlant !
Or qui peut dire qu’elle ne souffre pas ?

Les légumes ne sont-ils pas des organismes vivants comme les autres ?
Et qui nous dit que dans quelques millions d’années, des chercheurs ne découvriront pas que les légumes ont une forme d’intelligence muette. N’est-ce pas déjà le cas de certains humains ? 

Et puis, la tragédie du monde, les notions de péché et de culpabilité n’ont-elles pas commencer à cause d’une pomme ? 

Alors oui, halte au lobby Vegan et à la pensée végétarienne !

Carottes arrachées via feliceolivesi.over-blog.com

En conclusion

Vous l’aurez compris — j’espère — mon papier est une pochade !
Mais qu’on arrête de nous casser les couilles !
(Je sais, je suis une femme mais en tant qu’auteur de « Testicules », je suis la seule à pouvoir m’arroger le droit d’en avoir !)
Qu’on arrête de penser à notre place et de vouloir qu’on fasse là où on nous dit de faire !
Je connais des végétariens prosélytes qui fument !
Alors qu’ils s’occupent plutôt de leurs oignons puisqu’ils les aiment tellement !
Chacun est libre de son corps et de sa tête.
Et chacun a droit à sa philosophie et à sa religion.
Le végétarisme ne peut être qu’un choix personnel, pas un terrorisme.

En ce qui me concerne, un jour, c’est promis, j’irai me mettre au vert et je serai végétarienne !
Vous aussi d’ailleurs !
Ce jour-là, nous mangerons les pissenlits par la racine…

Pissenlits via naturemania.com

Blandine Vié

Publicités

44 Commentaires

  1. Paule

    Très bon papier, Blandine !
    Mais ce n’est pas le fructose des fruits qui est nocif, car il n’y en a pas des masses dans ceux-ci. C’est l’excès de ce glucide qui vient des produits de l’industrie, comme l’amidon de maïs par exemple.

    • gretagarbure

      Ah ! Je me suis pourtant référé à un site de nutrition : « Santé Nature Innovation » qui déconseille formellement les fruits riches en fructose pour les raisons invoquées dans l’article !

    • Milégumes

      Blandine,p
      Végéta*iens et végans sont une minorité. Ils ne le sont pas par choix – en tout cas pas pour eux mais de façon altruiste – alors que toi, tu dis manger de la viande par choix. Mais faire un choix, ça ne dépend en principe que de toi (Ex: tu fais le choix de fumer, ça n’est pas bien mais ça te regarde) alors qu’en faisait le ‘choix’ de manger de la viande, ton choix n’est ‘exhaussé’ que parce que des millions d’animaux meurent.
      Je sais que les végé peuvent être parfois énervants, agressifs, et tout le toin toin; mais ils le sont car ils soutiennent une cause légitime et plus que respectable.
      Ton papier ne vaut rien, j’ai de mon côté toutes les infos qui prouvent le contraire.
      Si tu voulais t’apporter un peu de popularité c’est gagné mais pas cher payé dans un monde d’omnivores.
      Le problème dans ce monde : le libre arbitre de chacun, qui malheureusement fait croire à ce chacun que ses décisions n’ont pas de conséquences.
      Moi, végé, fière de faire passer mes convictions avant mon plaisir, te salue, mais pas amicalement.

      • gretagarbure

        C’est peut-être ce qui m’attriste le plus avec les végétariens : leur manque d’humour !
        Ce papier est évidemment à prendre au deuxième, voire au troisième degré.
        Si vous nous lisiez régulièrement — ce dont je doute — vous en auriez la certitude car nous faisons AUSSI la part belle aux légumes !
        Quant à ma popularité, ayant écrit 130 livres, reçu une dizaine de prix, fait des années d’antenne à la radio et étant régulièrement sollicitée à la télé, j’ai tout ce qu’il faut, merci !
        fr.wikipedia.org/wiki/Blandine_Vié

      • Milégumes

        Mais je vous en prie (désolée je n’ai pas de page Wikipédia qui m’est personnellement dédiée, mais à ma petite échelle, je suis écolo, végétarienne, militante, activiste, écrivain amatrice, bénévole – oui je fais des choses pour les autres) comme ça vous voyez que vos idées ne plaisent pas à tout le monde. Mais vous vous en doutiez forcément en écrivant un article de ce genre. En tant que star, vous devriez accepter la critique.

      • gretagarbure

        Mais j’accepte la critique, chère anonyme !
        Mais vous, qui vous permet d’affirmer que je ne fais pas de bénévolat, moi aussi ?
        Alors que vous ne me connaissez pas et ne savez rien de ma vie !
        Mon article ne vous plaît pas, soit !
        Mais vous m’y répondez par des arguments de parti-pris puisque vous occultez délibérément
        ce que j’écris qui va dans votre sens et me reprochez des choses que vous ignorez.

  2. DARRIGO DARTINET

    Merci pour cette envolée « légumirique » ! J’approuve et revendique aussi notre droit d’omnivore à manger de tout, y compris viandes (et poissons !) sans culpabiliser. Et surtout, de garder le bon goût dans notre assiette, pas que le look.

  3. Stéphane

    On a beau être nés les unes dans les roses, les autres dans les choux, ce n’est pas ça qui nourrit son « homme ».
    Excellente chronique, bien trempée comme les légumes avant ingestion!

  4. Sombriciole

    Je ne suis pas végétarienne et je respecte votre texte et vos opinions, cependant je distingue le « bon végétarien » du mauvais. Le problème n’est pas à mon avis de tuer des animaux, mais la façon dont on les tue. Quand on sait ce que vit le bétail, il ne me semble pas idiot de chercher à réduire sa consommation de viande et donc la production de cette dernière. L’argument de santé me semble hors de propos, car si l’excès de viande (qui vient plus vite qu’on pourrait le croire) est nocif, les fruits et les légumes ont leur tort comme cela a été dit dans ce billet.

    Ne commettez pas l’erreur que tant de gens font pour toutes les causes, il y a toujours ou presque de bonnes et de mauvaises raisons de les défendre. Bien souvent, les mauvaises font plus de bruit, mais il ne faut pas oublier les bonnes. Cette viande que tant chérissent est obtenue d’une façon bien triste et déprimante. Je vous encourage à ne pas fermer les yeux sur cet épineux problème, qui est sans rapport avec la véhémence des personnes que vous condamnez.

    Bonne journée et bonne continuation.

    PS : Oui, j’ai compris que ce billet était humoristique. Non je ne cherche pas à faire la morale à qui que ce soit. A dire vrai, penser aux images et aux vidéos de bétail me glace le sang.

    • Olivier

      Chacun mange ce qu’il veut, le problème, comme ailleurs, c’est quand les uns veulent imposer un régime, un mode de vie, une idée ou une idéologie aux autres…

  5. Pingback: P'tit billet d'humeur | Vins et Saveurs d'Aquit...
  6. Tarpon

    Fructose ….ouaf ouaf .
    Bon on a souri.
    Pour la prochaine livraison, un petit truc sur la viande que nos compatriotes mangent. Je plaisante …

    SNI est un excellent site mais sur les fruits, c’est une connerie.

  7. Dao

    J’ai bien ri.. pourtant j’adore les légumes, et .. oui j’avoue.. souvent je compte si j’ai bien eu mes 5 fruits/légumes par jour.. on dirait qu’on a réussi à me laver le cerveau.. ceci dit je suis d’accord.. Payer 12€ un carpaccio de betteraves avec 3 miettes de fromage, vu et revu.., ca commence à faire….Et je confesse aussi que j’aime l’odeur du poulet roti.. un quasi blasphème de plus en plus difficile à assumer ces jours ci.. 🙂

  8. Pingback: La chronique de Greta Garbure |
  9. Pingback: P’tit billet d’humeur |
  10. Pingback: La chronique de Greta Garbure |
  11. anne crouan

    Oui à l’odeur du poulet rôti de mon enfance. Non à ceux qui se font du beurre sur le dos des animaux, fruits et légumes en employant des méthodes qui devraient révolter la terre entière.
    Non au prosélytisme, je suis végétarienne et la seule de la famille!
    Sus à ceux qui ayant une si belle vision de la vie et du bien commun investissent dans l’industrie chimique, puis l’industrie agroalimentaire, puis pharmaceutique et pour ne pas en perdre une miette ont quelques billes dans les pompes funèbres! La boucle est bouclée.
    Elle est pas belle la vie?

  12. Pingback: Un p’tit goût de revenez-y |
  13. cuaz dominique

    quand vous manger des animaux,vous revendiquer la liberté,mais vous oublier que ce choix ne concerne pas que vous…mais un autre etre: l’animal! n’est il pas un etre pour vous?

  14. Marc Grabowski

    Bon bon bon….c est tellement ennorme que j ai douter un moment, j ai cru a une grosse blague de vege sans humour…., deja, les veges en general ont ennormement dhumour,la preuve, je reste poli, lecriture nest pas tout dans la vie, les idees doivent etre quand meme un minimum eclairees et conscientes et ne pas juste servir a proteger ses petites habitudes morbides.

    Reduire la conssomation de viande a un choix, une liberte personnel, de nos jours, avec les infos disponibles sur le sujet, cest faire preuve de betise et degoisme, apparament votre assiette passe avant la souffrance infligee a ses animaux quon sait maintenant, intelligent, avant lavenir de vos enfants et de nos enfants a tous et avant la vie de ces enfants qui en meurt deja dans des pays ou sont parfois produitent les cereale pour votre morceau de cadavre….vous ecrivez bien mais avec un esprit tres selectif, pas de quoi etre tres fier….
    Si manque dhumour il ya, cest surtout a cause de gens comme vous, qui sous le couvert dune liberte individuel, participent juste a un massacre et des destructions environementales qui ne seront pas reccuperable….

    En faite et pour finir, eviter les produits animals ne serait pas un grand tord pour vous, au contraire…..Masame….;-)

  15. Alice

    Laura Marie explique très bien dans son blog les conséquences sur notre santé de la sur-consommation de la viande, mais pas que…Il y a aussi les additifs ailmentaires. Posons nous les bonnes questions, et ne soyons pas dupes. Il existe des pommes bio. Le raisin non bio aussi subit des traitements chimiques, etc…

  16. Corinne GW

    Mais que faites-vous de la compassion dans tout cela? Que faites-vous de la bienveillance envers toute forme de vie? Etes-vous si attachée aux « plaisirs du palais » que vous êtes prête à fermer les yeux sur ce que vivent des MILLIARDS d’animaux chaque année dans les abattoirs? Et si c’était vous? Croyez-vous que les animaux soient moins attachés à la vie que les humains? Qui sommes-nous pour disposer de leur vie comme bon nous semble, pour les élever dans les pires conditions, les frapper, les tuer de façon horrible, leur dénier toute forme de dignité? Qui croyons-nous être pour faire cela et pour continuer à permettre que cela perdure?
    Etre Végéta*ien n’est absolument pas un choix, c’est un acte de compassion. Les végés essaient juste d’en apporter dans ce monde qui en est de plus en plus dénué. Si vous ne comprenez pas cela, alors c’est que votre coeur est dur comme de la pierre…

    • Catherine Creveau

      Je suis tout à fait d’accord avec toi Corinne GW, et j’apprécie la douceur du ton que tu emploies, car si tous les défenseurs de la vie animale s’expriment avec la haine de Sophie (« Vous êtes une égoïste et une spéciste, point barre! Mangez bien votre cadavre, et crevez le plus vite possible. »), on est mal barrés pour se faire entendre… Et pour demander aux carnivores de la compassion justement. Montrons l’exemple. Blandine Vié est quelqu’un d’intelligent certainement. Simplement, elle est embourbée dans notre culture. Et refuse d’ouvrir un œil sur ce qui nous touche et aussi sur la physiologie humaine qu’elle ne connait pas. Elle ne fait pas ce choix, d’ouverture au Vivant, de curiosité, voire de végéta r / l isme. Car pour moi, c’est bien un choix, un vrai choix. Raisonné, guidé par la curiosité, la confiance et l’amour. Être omnivore, en France, n’est pas un choix. C’est juste notre culture, notre patrimoine, nos habitudes. On est passif vis-à-vis de cela. Je suis d’accord avec toi, être végé est un acte de compassion, une décision respectueuse. Donc c’est un choix.

      • gretagarbure

        Merci de me créditer d’intelligence !
        Pour le reste, que savez-vous de ma vie pour pouvoir affirmer ce que je connais ou connais pas, ce que je refuse de voir… ou pas ? Et que savez-vous de mes choix ? Rien ! Absolument rien !
        Vous avez une vision de la vie que vous érigez en dogme, persuadée d’avoir raison contre les autres.
        J’ai écrit une FABLE !
        Savez-vous ce qu’est une fable ?
        C’est une saynète humoristique dont le but est justement de faire réfléchir.
        Relisez-la sans sauter de lignes et peut-être que vous comprendrez…

      • Paule

        Blandine est non seulement très intelligente mais elle a le sens de l’humour, et celui-ci semble bien être absent votre cerveau pour que vous vous engagiez dans de pareilles discussion à propos d’un billet qui est un conte sur les légumes et pas une prise de position.

  17. Sophie

    Vous êtes une égoïste et une spéciste, point barre! Mangez bien votre cadavre, et crevez le plus vite possible.

  18. Daneel Olivaw

    Beaucoup de choses marrantes dignes d’un VG hilare ….
    J’adore le cou de la carotte ; ça faisait longtemps qu’on l’avait pas entendu !

    Bon, cela dit, nous les vegans on a pas de sang sur les mains …. Ni dans la bouche ! (Sauf quand nous nous faisons massacrer par les viandards. (!))

  19. Catherine Creveau

    Mon Dieu !…
    Oh, c’est bien écrit, un style agréable, fluide, drôle ! Dommage vraiment, ce manque de connaissances de la physiologie humaine, et ce manque de compassion, simplement. Tout un monde de délices culinaires et de simple humilité envers le vivant, à côté duquel vous passez, par habitude culturelle. Tout n’est peut-être pas perdu, car vous semblez être quelqu’un d’intelligent. Bonne continuation…

  20. stefb06

    C’est l’aubergine qui nous mettait des prunes (elles ont changées d’uniforme).

    Pour le reste, que ces vég m’explique comment mon organisme peut obtenir la dose de protéines nécessaire à son fonctionnement : les protéines végétales n’étant pas identique à celle animale (de ce que j’ai pu lire).

  21. Pingback: P'tit billet d'humeur | Veganisme | Scoop.it

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s