La chronique de Greta Garbure

LA FÊTE DES A… MÈRES !

 

« Mes chéris !
Toi mon homme, et vous mes grands enfants !

Si vous êtes en train de me lire, c’est que vous avez trouvé ma lettre sur la table de la cuisine.
Il y a du café chaud dans la cafetière et des croissants sur le buffet.
Alors, installez-vous bien et écoutez-moi.

Aujourd’hui c’est la fête des mères et, lâchement, j’ai pris la poudre d’escampette ! J’avais envie d’une journée rien qu’à moi. Pour moi. Après tout c’est ma fête, non !

Parce que sans vouloir vous blesser, voilà plus de vingt ans que je n’en peux plus de la « Fête des Mères » !

Bon, vous les enfants, quand vous étiez petits les colliers de nouilles c’était pas facile à porter mais c’était mignon ! Les boîtes de camembert transformées en boîtes à bijoux et les ronds de serviette en raphia aussi. Les pots de yaourts recyclés en cendriers également sympa même si pas très décoratif sur la table basse du salon. Les « compliments » et les poèmes, même si dictés par la maîtresse, je les ai tous gardés précieusement. Tout comme les empreintes de mains et de pied en couleurs primaires.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Compliment via tourdeclasse.canalblog.com
Toi, chéri, ton bouquet de fleurs symbolique, c’était bien sûr charmant, même si j’aurais aimé que tu m’en offres aussi quelquefois au quotidien et pas seulement lors des fêtes officielles. Et puis, je suis ta femme pas ta mère…

Roses via 123fleurs.com
Plus tard, je n’ai rien dit devant les écharpes tricotées au point mousse, les tabliers brodés avec maniques assorties, les foulards, les moules à gâteaux en forme de cœur, les livres de cuisine et les robots ménagers de plus en plus perfectionnés — l’argent de Papa aidant — qui me disaient, me criaient : « Maman, sois notre bonne encore un peu plus ! Fais-nous des bons gâteaux, fais-nous des crêpes plus souvent (l’année de la crêpière), fais-nous des gaufres (l’année du gaufrier électrique), fais-nous de la raclette (l’année de l’appareil fromager), fais-nous des yaourts maison (l’année de la yaourtière), fais mieux le ménage (l’année de l’aspirateur), repasse mieux notre linge (l’année de la planche à repasser pressing) et j’en passe…

Gaufrier via jardindeco.com
Je n’ai rien dit non plus quand toi chéri, tu croyais me faire plaisir en m’offrant du parfum voire des dessous et des nuisettes à dentelles pour notre intimité. Qui m’auraient plu tous les autres jours de l’année mais justement pas celui-là car c’était comme si tu m’avais dit que je me laissais aller, que je n’étais pas assez sexy…

Shalimar de Guerlain via intotheminds.com

Nuisette via tatliaskim.org
Meilleure mère, meilleure maîtresse de maison, meilleure maîtresse…
Voilà tout ce que vos cadeaux m’ont raconté pendant plus de vingt ans !

Et même si on nous serine de manière tonitruante dans les magazines féminins : « ni putes ni soumises » — ces mêmes magazines qui, sans le moindre scrupule, nous vendent pourtant à longueur de pages des pubs pour des antirides ou pour des appareils ménagers soi-disant magiques et des articles pour « paraître dix ans de moins », pour « perdre dix kilos avant l’été », pour « regalber sa silhouette », pour « donner du plaisir à son homme », pour « recevoir des amis avec un repas digne d’un chef en rentrant du boulot », bref tous ces marronniers culpabilisants —, j’ai essayé de ne pas rentrer dans ce jeu idiot qui consiste à opposer féminisme et féminité.

Mais trop, c’est trop !
Et là, je craque…

Et à mon tour de crier : « STOP !!! »
La fête des mères est une fête commerciale !

Et sans même revenir sur le fait qu’elle est historiquement discutable puisqu’elle a été institutionnalisée en 1928 par un monsieur dont je n’ai pas envie d’écrire le nom — mais que rien que ça devrait suffire à nous inciter à ne pas la fêter —, par pitié arrêtons de perpétuer les traditions quand elles sont idiotes et qu’elle ne servent qu’à nous conduire en consommateurs grégaires.

Voilà mes chéris !
Je rentrerai ce soir.
Et seuls vos baisers m’iront droit au cœur. »

Diou Biban !
Mamans de tous pays, cette lettre de Blandine est libre de droits pour toute reproduction.
Allez… elle vous a fait le brouillon, maintenant à vos plumes !

Publicités

4 Commentaires

  1. Paule

    Excellent, Blandine. Quant à moi, j’ai toujours refusé qu’on me souhaite cette fête…. Mais j’ai eu droit à l’insu de mon plein gré aux colliers de nouilles etc. tant que mon fils était dans la petite école.

  2. françoise thomas

    Excellent…je n’ai pas pu échapper aux oeuvres d’art des petits.. (c’est loin tout ça )…je n’ai jamais connu les appareils ménager offerts aux différentes occasions…tant mieux car je n’aime pas les mauvaises surprises ….merci chéri….ouf…. Mon amour m’a toujours fait choisir le cadeau plaisir…pas forcément aux dates….mon plus grand plaisir est sa présence, notre complicité, et son amour….

  3. Pingback: Un p’tit goût de revenez-y |
  4. Pingback: Nos marronniers |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s