Catégorie: France

Évasion (balades)

Vieilles portes à Pézenas
et Saint-Guilhem-le-Désert

Croix du Languedoc sur une porte en bois © Greta Garbure

Quelle jolie petite ville que Pézenas ! Nous y avons folâtré une matinée, la sillonnant en tous sens avant de déguster à l’apéritif les petits pâtés dont nous vous avons déjà parlé ici :
http://gretagarbure.com/2015/10/26/reconnaissance-du-ventre-57/
puis de déjeuner à la Maison Conti que nous avons trouvé épatant !

Mais lors de notre balade, nous avons été surpris par le nombre de vieilles portes absolument magnifiques. D’ailleurs, il y a même un musée de la porte !

                               Musée de la porte 2 © Greta Garbure

Point n’est besoin d’en dire plus, regardez plutôt
et imaginez ce qu’il y a derrière ces portes !

(Toutes les photos sont © Greta Garbure)

                    Porte bleue © Greta Garbure               Porte maçonnique © Greta Garbure

                    Porte verte © Greta Garbure               Porte vinique © Greta Garbure

                    Dans un portail de pierre © Greta Garbure               Bois et ferronnerie © Greta Garbure

                    Porte en bois cloutée © Greta Garbure               Porte en bois grenat dans son écrin de pierre © Greta Garbure

                    Vieille porte en bois © Greta Garbure               Trio de portes dans le quartier juif © Greta Garbure

                    La petite porte © Greta Garbure               Porte majestueuse © Greta Garbure

                    Porte en bois travaillé © Greta Garbure               Porte grise © Greta Garbure

                    Porte bleu canard © Greta Garbure               Porte grillagée © Greta Garbure

                    Porte en bois bicolore © Greta Garbure               Porte entrouverte © Greta Garbure

                              Porte entrouverte bis © Greta Garbure                                  Porte bourgeoise © Greta Gabure

                    Porte brune © Greta Garbure                          Double porte © Greta Garbure

N’oublions pas non plus la porte du musée Boby Lapointe,
cet artiste piscénois génial qui nous enchante toujours :
 

Musée Boby Lapointe © Greta Garbure

Musée Boby Lapointe © Greta Garbure

Au pays de Boby © Greta Garbure

Et pour faire entrer le bonheur !

                    Pour porter bonheur © Greta Garbure               Pour porter bonheur bis © Greta Garbure

Enfin, ce n’est pas une porte de cachot… mais une porte de cave !

Porte de cave © Greta Garbure

Et même les porte de garages ont du cachet !

Même les portes de garages ont du cachet ! © Greta Garbure

Et encore quelques portes à Saint-Guilhem-du-Désert :

                    En bois verni © Greta Garbure               Fleurie et bachique © Greta Garbure

En enfilade © Greta Garbure

Et parce qu’il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, je vais clore le sujet par cette jolie citation de Felix Lope de Vega tirée de Le chien du jardinier (1613) :

« L’amour sait ouvrir toutes les portes. »

Blandine Vié

Évasion (hôtels)

L’Hôtel Particulier,
escale chic et charme à Béziers !

L'Hôtel Particulier © Greta Garbure

L’Hôtel Particulier © Greta Garbure

La façade

La façade

Le perron © Greta Garbure

Le perron © Greta Garbure

Derniers rayons de soleil

Derniers rayons de soleil

Entre deux petits voyages de presse dans la même région, nous profitons d’une pause à Béziers pour tester un hôtel au nom singulier — l’Hôtel Particulier — dont la gestion est néanmoins plurielle puisqu’il est tenu par deux drôles de dames : Chrystèle et Florence.
Elles ont en effet pris le parti de proposer un nouveau concept d’hébergement basé sur l’idée qu’en voyage « on peut aimer être ailleurs mais aussi regretter de ne pas être chez soi ! ». D’où la réinterprétation contemporaine d’une architecture classico-baroque
 de cette ancienne maison de maître rappelant les folies biterroises et situé à deux pas des Allées Paul Riquet et des Arènes.
Et comme dit Patrick : « Attention, vous ne pénétrez pas dans l’hôtel de Monsieur et Madame Tout-le-monde ! Vous connaissez l’univers de l’architecte d’intérieur Jacques Garcia ? Eh bien, oubliez-le ! Vite ! Le XVIIIe siècle, c’est la Préhistoire ! ».
Neuf chambres-suites ont ainsi été décorées dans un esprit design offensif. Patrick galège : « Noir, c’est noir, chantait Johnny. Là, pas de doute, blanc, c’est blanc ! Très blanc ! Trop… ? Bronzez avant sinon on risque de vous perdre ou même de refaire le lit sur vous ! ».

White is white ! © Greta Garbure

White is white ! © Greta Garbure

Même les plus petites chambres sont grandes. Mais les grandes sont vraiment XXL (de 23 à 38 m2) !

Quelques chambres :

                    Une chambre en blanc et gris © Greta Garbure          Une chambre © Greta Garbure

                    Une autre chambre © Greta Garbure          Une chambre en blanc et bleu © Greta Garbure

                    Une chambre en blanc et jaune © Greta Garbure          Encore une autre chambre © Greta Garbure

Notre chambre © Greta Garbure

Notre chambre © Greta Garbure

Les salles de bains sont superbement équipées avec des baignoires balnéo-lumineuses — avez-vous déjà pris un bain de toutes les couleurs ? — et… surtout… les toilettes sont sé-pa-rées : le vrai luxe, quoi !

Salle de bains

Une salle de bains

Une salle de bains © Greta Garbure

Une salle de bains © Greta Garbure

Une douche © Greta Garbure

Une douche © Greta Garbure

Notre salle de bains © Greta Garbure

Notre salle de bains © Greta Garbure

Notre baignoire bouillonnante © Greta Garbure

Notre baignoire bouillonnante © Greta Garbure

Cristal Bleu Topaze

       Rouge Vert Violet

Au rez-de-chaussée, il y a deux salons de lecture et à l’extérieur, une piscine-jardin de repos où l’on peut même travailler car elle est dotée de la Wi-fi à très haut débit. Nous n’avons pas pu en profiter car il faisait vraiment frisquet mais c’est très plaisant à l’œil.

Un salon de lecture © Greta Garbure

Un salon de lecture © Greta Garbure

Premiers frimas

Premiers frimas

La piscine © Greta Garbure

La piscine © Greta Garbure

La piscine

La piscine

Et comme dans une maison de famille, le matin, les petits déjeuners sont comme on en souhaiterait tous les jours et en tout cas en hôtellerie. Les pains et viennoiseries sont tip top, le far est breton, le cake à la banane est délicieux ainsi que le parfait panettone, bon comme là-bas !

Au petit déjeuner © Greta Garbure

Au petit déjeuner © Greta Garbure

Le petit déjeuner © Greta Garbure

Le petit déjeuner © Greta Garbure

Jambon et fromage © Greta Garbure

Jambon et fromage © Greta Garbure

Cake à la banane © Greta Garbure

Cake à la banane © Greta Garbure

Far aux pruneaux © Greta Garbure

Far aux pruneaux © Greta Garbure

Pannettone et croissants © Greta Garbure

Pannettone et croissants © Greta Garbure

Fruits © Greta Garbure

Fruits © Greta Garbure

Une assiette bien garnie © Greta Garbure

Une assiette bien garnie © Greta Garbure

L’évident sens commercial de nos hôtesses n’exclut heureusement pas une extrême courtoisie et la recherche constante du bien-être des clients.
C’est donc avec enthousiasme que nous vous recommandons cette adresse biterroise.

Prix : chambres à partir de 90 € (les Intimes), 115 € (les Élégantes) et 140 € (les Folles).

Hôtel Particulier
65 bis, avenue du 22 août 1944
34500 Béziers
Tél : 04 67 49 04 47
courriel : contact@hotelparticuliersbeziers.com
http://www.hotelparticulierbeziers.com

Invitation via une attachée de presse.

Blandine & Patrick

Évasion (Hôtels)

L’Hôtel Warwick Champs-Élysées
et son restaurant « Le W »

Paris 8e

La façade

La façade

Disséminés dans toute la France — et même à l’étranger – nos lecteurs nous demandent souvent des adresses, de restaurants surtout mais aussi d’hôtels. En province comme à Paris. Des établissements de toutes catégories, de la maison d’hôtes pleine de charme à l’hôtel de luxe élégant en passant par l’établissement de quartier cossu et l’adresse familiale discrète. C’est pourquoi nous avons décidé de développer cette rubrique à l’avenir. 

Récemment, nous avons eu l’opportunité de tester l’hôtel Warwick en plein cœur du triangle d’or parisien.   
Près de l’Arc de Triomphe, à deux pas de la plus belle avenue du monde, l’hôtel Warwick Champs-Élysées est en effet idéalement situé quand on séjourne à Paris pour affaires ou pour une forme de tourisme à la croisée des chemins de la culture, de l’art et de la mode. Car on y vient aussi pour découvrir le vrai chic parisien et faire du shopping. Ne méprisons les devises de nos amis étrangers. 

Sa façade contemporaine cache 149 chambres dont 19 suites climatisées, insonorisées et spacieuses (à partir de 25 m2). Chacune a un décor unique et certaines jouissent même d’une terrasse privée, comme la nôtre. La suite présidentielle s’étend quant à elle sur 100 m2 avec une terrasse de 90 m2 à la vue unique sur les toits de Paris avec la Tour Eiffel en perspective. Les chambres sont d’une facture moderne, épurée mais pas froide grâce aux contrastes des motifs et aux mariages de matériaux nobles (marbre, bois d’ébène, velours). Sans compter les salles de réunions du business center et tous les services qui vont avec l’hôtellerie haut de gamme.

H™tel WARWICK Champs ElysŽes - 3065  Une chambre d'un autre style  Encore une chambre

Executive Suite

La petite terrasse de la chambre © Greta Garbure

La petite terrasse de la chambre © Greta Garbure

Et sachez que pour un confort optimum, les chambres disposent d’un « menu d’oreillers » qui propose des garnitures de densités différentes !

Menu d'oreillers © Greta Garbure

Menu d’oreillers © Greta Garbure

Au rez-de-chaussée, le hall est accueillant et dispose de lieux de convivialité comme un salon et un bar où l’on peut grignoter.

                    H™tel WARWICK Champs ElysŽes - 3030                    H™tel WARWICK Champs ElysŽes - 3023

                    H™tel WARWICK Champs ElysŽes - 3048                    H™tel WARWICK Champs ElysŽes - 3101

Cerise sur le gâteau, le restaurant « Le W » propose une gastronomie de bon aloi, dans le ton de la modernité, inventive mais sans excentricité pour ne pas effrayer la clientèle internationale. Le cadre du restaurant (80 couverts), habillé de bois de sycomore, est sobre et chic avec une cuisine ouverte qui permet aux convives de voir le chef Ludovic Bonneville à l’œuvre. Il est d’ailleurs très fréquenté au déjeuner par la clientèle d’affaires du quartier, triangle d’or oblige.

Un coin du restaurant

Un coin du restaurant

En période estivale, quand le temps le permet, il existe aussi une terrasse tout en longueur donnant sur la rue de Berri.

La terrasse du restaurant © Greta Garbure

La terrasse du restaurant © Greta Garbure

La vue depuis la terrasse du restaurant © Greta Garbure

La vue depuis la terrasse du restaurant © Greta Garbure

Nous avons eu la chance de pouvoir y dîner le dernier jour de la saison (en septembre) même s’il faisait un peu frisquet. La preuve :

Patrick et son plaid (il fait un peu frisquet) © Greta Garbure

Patrick et son plaid (il fait un peu frisquet) © Greta Garbure

Comme d’habitude, nous avons choisi des plats différents que nous nous partageons : deux plats du menu et deux plats de la carte.

               Le menu       La carte       Le menu Prestige

Notre commande passée, nous buvons un verre de Saint-Véran en guise d’apéritif et un velouté amuse-bouche de céleri au piment d’Espelette vient nous réchauffer.

Velouté de céleri au piment d'Espelette © Greta Garbure

Velouté de céleri au piment d’Espelette © Greta Garbure

En entrée, nous avons opté pour une déclinaison de céphalopodes auxquels nous résistons rarement : « Carpaccio de poulpe au citron caviar et piment d’Espelette (17 € au menu) et « Seiche et canard (seiche grillée et canard fumé, artichauts poivrade) » (23 € à la carte) que nous avons apprécié comme il se doit. La cuisson de la seiche est particulièrement réussie mais le carpaccio manque légèrement de croquant car il a un peu trop « cuit » dans sa marinade. Et puis, vous savez déjà ce que nous pensons « des petites fleurs pour faire joli » dans toutes les assiettes des restaurants de France et de Navarre : trop, c’est trop !

Carpaccio de poulpe © Greta Garbure

Carpaccio de poulpe © Greta Garbure

Seiche grillée et canard fumé © Greta Garbure

Seiche grillée et canard fumé © Greta Garbure

Pour suivre, notre choix s’est porté sur deux viandes blanches : Une « Volaille fermière fumée au foin, purée de petits pois et pommes grenailles » (plat du jour du menu à 24 € + 5 € de supplément) et un « Quasi de veau farci aux légumes marinés et gambas rôties » (39 € à la carte). Deux plats savoureux aux cuissons bien maîtrisées. Le goût du foin est très marqué mais ce n’est pas un handicap.

Volaille fermière fumée au foin © Greta Garbure

Volaille fermière fumée au foin © Greta Garbure

Quasi de veau farci et gambas © Greta Garbure

Quasi de veau farci et gambas © Greta Garbure

Pour ce qui est des boissons, nous avons continué avec le vin blanc de l’apéritif sur nos entrées. Le chardonnay du Saint-Véran se comporte bien sur le magret fumé et la seiche en apportant son acidité citronnée en attaque et réveille les papilles.

Saint-Véran Château de Beauregard 2013 © Greta Garbure

Saint-Véran Château de Beauregard 2013 © Greta Garbure

Ensuite, un crozes-hermitage de chez Delas tient la route, n’écrase rien et au contraire, escorte poliment volaille et quasi de veau.

Crozes-hermitage Delas 2012 © Greta Garbure

Crozes-hermitage Delas 2012 © Greta Garbure

Rassasiés, nous n’avons plus vraiment faim, aussi décidons-nous de nous partager l’ « Assortiment de desserts du chef pâtissier » (13 € au menu et à la carte). Il se compose d’un smoothie fraise, d’un lingot choco-poire, d’une panna cotta aux fruits rouges, d’une tartelette aux framboises et d’un clafoutis à la mirabelle en version mini (de droite à gauche sur la photo). Le clafoutis remporte notre adhésion mais l’ensemble est astucieux car les saveurs et les textures y sont variées et complémentaires.

Assortiment de desserts © Greta Garbure

Assortiment de desserts © Greta Garbure

Nous avons également l’opportunité de discuter avec Ali Afshar, le directeur de l’établissement installé dans ses fonctions depuis 17 ans.
Il nous apprend que d’importants travaux sont prévus, notamment un programme de rénovation des salles de bains.
Suite à nos questions, il nous précise les statistiques de fréquentation de l’hôtel : 88% de taux de fréquentation dont 95% d’étrangers (et 70% d’étrangers hors Europe).

Qu’ajouter encore ? La conciergerie s’occupe avec diligence de tous vos besoins (réservation de restaurants, de spectacles, d’expositions ou de musées, de limousine ou de transfert vers les gares et aéroports, recherches de boutiques de luxe, de billets d’avion, etc.). L’accueil et le service sont éminemment courtois, avec beaucoup de gentillesse et d’amabilité… et ça compte !

C’est donc un hôtel qui s’adresse bien entendu à un certain type de clientèle évidemment assez aisée, mais qui donne une belle image de l’hôtellerie française.

Chambres à partir de 250 € TTC la nuit.

Invitation du directeur via un attaché de presse.

Blandine & Patrick

Hôtel Warwick Champs-Élysées
5, rue de Berri
75008 Paris
Tél : 01 45  63 14 11
Courriel : info.whparis@warwickhotels.com
Site : warwickhotels.com

Restaurant « Le W » est ouvert du lundi au vendredi de 12 h 30 à 14 h et de 19 h à 22 h.

Évasion en France

Une vie de château en Médoc

Chateau_Lamothe-Bergeron_14

Entre les appellations Margaux et Saint-Julien, à Cussac précisément, le château Lamothe-Bergeron ne se mire pas tout-à-fait dans l’estuaire de la Gironde mais regarde quand même de l’autre côté, vers Blaye. Entièrement rénové, il est prêt à accueillir les visiteurs et les œnotouristes avec un circuit informatif, dans les vignes et dans les chais, des dégustations mais aussi des séjours grâce à quatre suites au confort extrêmement raffiné. Dans le parc, une cabane, presque « tchanquée » comme à Arcachon, permet d’admirer paisiblement une partie de l’océan de vignes qui entoure le domaine.

Cru bourgeois, les 67 hectares sont plantés majoritairement de merlots, dans des graves profondes sur marnes sableuses. Nouveau propriétaire depuis 2009, le groupe Mounier (cognacs Hardy et Prince de Polignac) n’a pas lésiné sur les moyens afin de réunir toutes les conditions nécessaires pour faire de bons vins. Et la dégustation semble confirmer ses intentions : ils sont tout sauf un prétexte à abreuver le touriste de passage.

Le 2005 est réussi, comme 80% des vins de ce millésime béni des dieux dans le bordelais. Mais la densité et la profondeur arrivent avec le 2009 et plus encore avec le 2010 qui y ajoute beaucoup d’élégance, grâce à des cabernets sauvignons parfaitement mûrs. J’en mettrais bien dans ma cave pour les 5 à 10 ans à venir !

Chateau_Lamothe-Bergeron_2008_fond_noir©Richard_Nourry

Château Lamothe-Bergeron 2008 © Richard Nourry

En fait, celui qui m’a littéralement emballé c’est le 2012, millésime d’abord dédaigné puis lentement réhabilité, pour son formidable fruité, au nez comme en bouche. Cette année a donné ici un vin d’une remarquable fraîcheur. Il se refermera plus tard mais aujourd’hui il offre un festival d’arômes et de saveurs qui évoquent la fraise et la framboise, sur une structure équilibrée et délicate. C’est une très belle surprise, une réussite sans doute encourageante pour la nouvelle équipe. À sa tête, Laurent Méry peut être fier des résultats obtenus. Il a vécu et orchestré des travaux de transformation du château longs, coûteux et très ambitieux. L’entreprise semble bien partie pour représenter une halte essentielle dans une région qui s’ouvre rapidement au tourisme œnologique de qualité.

Laurent Méry

Laurent Méry

Vins entre 15 et 25 € la bouteille selon les millésimes. un excellent rapport qualité/prix pour les amoureux de Bordeaux, évidemment pas pour les autres mais ceci est une autre histoire.

Patrick de Mari

Château Lamothe-Bergeron
Chemin des Graves
33460 Cussac
Tél : 05 56 58 94 77
Site : http://www.lamothebergeron.com

Visites très complètes qui initient à la vie d’une propriété viti-vinicole et permettent de comprendre les différentes étapes de l’élaboration du vin.
3 tarifs de visites en fonction du nombre de vins dégustés (8 €, 10 €, 20 €).
Rendez-vous sur Facbook, Twitter, Vimeo et Youtube.

Invitation d’un attaché de presse

Évasion (France)

Immersion à Thau

Patrick, pacha d'une barge, met le turbo © Greta Garbure

Patrick, pacha d’une barge, met le turbo © Greta Garbure

Y a-t-il encore un vigneron qui n’immerge pas ses bouteilles ?

En 2008, du vin jaune est déposé au fond du lac de Vouglans, dans le Jura.
En 2009, Franck Labeyrie plonge son Blanc des Cabanes dans le bassin d’Arcachon.
En 2010, à Saint-Malo, récupération de vouvray brut immergé depuis environ 1 an et dépôt de 1000 bouteilles de côtes-de-bordeaux.
En 2012, 300 bouteilles de saint-pourçain, languedoc et champagne passent 6 mois au fond d’un lac de montagne, à 1200 m d’altitude.
En 2015, on constate que de nombreuses sociétés se spécialisent et déposent des milliers de flacons de toutes origines : au nord d’Ouessant, dans le sud Finistère, en fait sur tous nos littoraux !
Et surtout, depuis 2008, Emmanuel Poirmeur va encore plus loin en faisant réaliser une inhabituelle prise de mousse en cuve immergée à 15 m de profondeur à ses vins d’Egiategia, à Ciboure, dans la baie de Saint-Jean de-Luz.
Je vous présenterai plus en détail cette étonnante production basque.

Cette introduction pour dire que nous aussi, à Greta Garbure, nous avons procédé à une immersion, dans le bassin de Thau. Les photos en disent plus que de longs exposés sur cette pratique qui ici, tient davantage du divertissement pour touristes curieux que d’un nouveau procédé particulièrement innovant…

Prêtes à être immergées © Greta Garbure

Prêtes à être immergées © Greta Garbure

L'immersion des bouteilles © Greta Garbure

L’immersion des bouteilles © Greta Garbure

Le soleil brillait, l’eau était claire, les gosiers en pente douce et les muscats secs et de Frontignan de Marie-Noëlle et Francis Sala s’accordaient exceptionnellement avec les huîtres remontées pour l’occasion. Voilà une saine concurrence faite aux quelques admirables picpouls de Pinet voisins. Inoffensives, ces méthodes commerciales ont pour principal mérite de permettre des échanges chaleureux avec des vignerons et des ostréiculteurs sincères et dynamiques.

Yvan Caussel, producteur d'huîtres © Greta Garbure

Yvan Caussel, producteur d’huîtres © Greta Garbure

Les huîtres © Greta Garbure

Les huîtres © Greta Garbure

Comment ouvrir les huîtres © Greta Garbure

Comment ouvrir les huîtres © Greta Garbure

Ouverture des huîtres © Greta Garbure

Ouverture des huîtres © Greta Garbure

L'huître ouverte © Greta Garbure

L’huître ouverte © Greta Garbure

Muscat sec domaine de la Plaine © Greta Garbure

Muscat sec domaine de la Plaine © Greta Garbure

Muscat de Frontignan Nuits blanches © Greta Garbure

Muscat de Frontignan Nuits blanches © Greta Garbure

Alors nous n’avons pas boudé nos plaisirs au cours de cette journée… de barges !

Sur la barge © Greta Garbure

Sur la barge © Greta Garbure

Blandine se prend pour Kate Winslet © Greta Garbure

Blandine se prend pour Kate Winslet © Greta Garbure

Rendez-vous est donc pris pour la future « exondation » (j’aime bien ce mot que je ne connaissais pas avant de relever les cordes d’huîtres, petites sœurs de celles qui ont fait notre quatre-heures).

Les cordes à huîtres © Greta Garbure

Les cordes à huîtres © Greta Garbure

Heureusement que j’étais là pour ramener tout le monde à bon port !

Patrick de Mari

Marie-Noëlle et Francis Sala et fils
Domaine de la Plaine
6, route de Montpellier
34110 Vic La Gardiole
Tél : 04 67 48 10 78
courriel : muscat-de-f@wanadoo.fr
Site : http://www.frontignandomainedelaplaine.com

• • •

Karine & Yvan Caussel
La Noisette d’Or
Producteur-Expéditeur
Huîtres spéciales & Moules
Site conchylicole
Le Mourre Blanc
34140 Mèze
Tél : 04 67 43 70 66
Courriel : contact@caussel.com
Site : http://www.caussel.com