Catégorie: P’tit billet d’humeur

P’tit billet d’humeur

« Comme à la maison »

logo-label-fait-maison

Bien au-delà de la pantalonnade annoncée du label « fait maison », un restaurateur a cru bon de s’attribuer un slogan promotionnel extrêmement audacieux. Afin de provoquer l’enthousiasme du badaud qui bade devant sa vitrine, du chaland qui passe, du découvreur de saveurs en mal d’aventures nouvelles ou du méticuleux qui se renseigne avant de planter sa fourchette, il a trouvé l’argument imparable qui emporte sans doute les dernières réticences du client au moment de décider quel établissement aura le privilège de le sustenter :
« comme à la maison » !

C’est pourtant le dernier argument qui pourrait me décider à prendre un repas ici ! Non pas que ma table soit infréquentable. Je n’ai jamais empoisonné personne, sauf peut-être par ma conversation. La charmante politesse de mes amis les pousserait même plutôt à exprimer des compliments sur ma cuisine et le choix de mes vins. Mais vais-je trépigner d’impatience devant la porte d’un restaurant à l’idée de me régaler avec ce que je sais préparer et que je mange quotidiennement chez moi ?

Le publicitaire Jacques Séguéla affirmait que son métier consistait à vendre du rêve. Alors, sans être pour autant cauchemardesque, l’ambition de me nourrir « comme à la maison » me semble un peu courte.

Je dirais même que rapporté à d’autres domaines, à d’autres types de commerces, ce label pourrait bien nous surprendre :

— Chez un concessionnaire automobile : « Nos voitures marchent à peu près aussi bien que votre vieille caisse ! »

— Au Salon du Bricolage : « Nos démonstrateurs sont presque aussi compétents que votre mari ! »

— Au Salon du Hard : pareil !

thelma-sextoys-big via doctissimo.fr

— Chez le boucher : « Nos entrecôtes ? Aussi bonnes que votre chien ! »

— À la blanchisserie : « On vous rendra votre linge comme vous nous l’avez apporté ! »

— Aux élections : « Votez pour moi ! Je dis ce que vous faites, je fais ce que vous dites ! »
                                   Oh non ! Encore un qui va mériter la taule !

Patrick de Mari

P’tit billet d’humeur

SAPORTA confusion !

Pamphlet via fredericbidouzeutla.over-blog.com

Il semblerait du dernier chic d’insulter, de salir, de faire des jeux de mots calamiteux sur des noms (pourtant) propres, parce qu’ « on » a définitivement choisi son camp et que c’est le bon ! D’autant plus que « on » a beaucoup d’ "amis" et de "followers" (ah, c’est une preuve ça, non ?).

Au moment où l’on nous annonce à toutes volées de carillon le dézingage en fanfare de vraies et fausses idoles, d’icônes reconnues ou auto-proclamées par une « chevalier blanc » comme neige, il nous faudra sans aucun doute un peu de modération et de discernement dans nos jugements.
En effet ce soir lundi, après le télé-visionnage sur France 3 d’un pamphlet revendiqué, il sera d’abord temps d’attendre. De réfléchir avant de réagir, de ne pas se comporter en insupportables supporters de football. Afin de comprendre les motifs de départ, les choix des multiples sujets à peine effleurés, les méthodes employées, les conclusions tirées à tort ou à raison, les intentions révélées par les techniques de montage, l’équité du débat, etc. etc.

Car l’inertie des neurones est rarement bonne conseillère !

Vignes © Greta Garbure

Vignes © Greta Garbure

Avant même les projections de presse et privées, des commentateurs évidemment tous « autorisés » ont déjà crié leur partialité haineuse, craché leur venin, injurié ceux qui « pensent mal ». La meilleure défense n’est-elle pas l’attaque ? Nous le vérifierons peut-être… ou pas.

Mais, ce sera alors en connaissance de cause, en ayant pesé les mobiles véritables de chacun, la justesse ou la bassesse des dénonciations.

Et surtout, surtout, ce sera l’heure de se demander si pour une fois que l’on parle du vin à la télévision, celui-ci y trouve son compte, est valorisé, glorifié comme nous le souhaiterions… comme il le mérite !

Barriques… vides ! © Greta Garbure

Barriques… vides ! © Greta Garbure

Patrick de Mari

P’tit billet d’humeur

Ce n’est pas parce qu’on en trouve
toute l’année

  que les « légumes du soleil »
ne sont pas des légumes de saison !

Légumes du soleil via leschampignons.fr

On surnomme « légumes du soleil » les légumes typiques de l’été : courgettes, aubergines, poivrons, tomates.
Des légumes qu’on récolte de juillet à fin septembre quand on les cultive dans son jardin ou quand il s’agit de légumes de maraîchage.
Des légumes à qui le soleil estival donne du parfum et du goût.
BREF… DE VRAIS LÉGUMES !

Aubergines via rue89.com

Courgettes via potager.biz

Tomates de jardin via ja6.free.fr

Poivrons via potager.biz
Mais libre à vous d’acheter TOUTE L’ANNÉE des tomates bataves calibrées comme des balles de tennis mais sans chair, pleines de graines et de flotte et surtout sans goût !
Libre à vous d’acheter des légumes cultivés sous serres et qui poussent hors-sol !
Libre à vous d’acheter des courgettes, des aubergines et des poivrons qui viennent d’Espagne, d’Italie ou de l’autre bout du monde.
À contre-saison.
Avec un bilan carbone désastreux.
Des succédanés de légumes ayant subi traitements sur traitements pour pallier au manque de soleil, à la durée du transport pour arriver chez nous, aux passages en chambres froides, etc. etc.
Des légumes qui ressemblent à des légumes mais n’en sont que de pâles copies au goût fadasse.
Pire encore, des légumes dont vous pensez qu’ils sont moins chers que les vrais légumes de pays alors qu’en fait, c’est à cause d’eux que les vrais légumes de pays coûtent plus cher !

Alors, ne dites plus jamais que courgettes, aubergines, tomates et poivrons sont des légumes intemporels !
Car vous ne seriez pas crédible en prétendant être gourmand et gourmet !
Parce que… NON, ON NE FAIT PAS DE LA RATATOUILLE EN HIVER !!!

Ratatouille niçoise via hommepage.fr

Et dépêchez-vous d’en profiter car l’été est bientôt fini !

Blandine Vié

P’tit billet d’humeur

Manger à New York

 

New York est une tour de Babel et pas seulement parce qu’elle accueille celle des Nations dites Unies… et Chloé, ma fille unique et préférée !
Mais surtout parce que la punition biblique y est abolie.
Le monde, dans sa représentation américaine la plus proche et la plus pacifique, a choisi de s’y exprimer d’une seule voix, dans le respect des accents les plus divers, les plus inattendus, les moins « typically british », et pour cause !

Grosse pomme via fmr-id.com

Pour les mêmes raisons, on peut se nourrir avec le meilleur des meilleures gastronomies de l’univers (et aussi le pire des pires : on peut s’y empoisonner efficacement si on le souhaite !).

La Grosse Pomme nous donne à connaître et à aimer toutes les cuisines à un niveau de qualité inaccessible ailleurs : nulle part on a accès à la fois au top des empanadas d’Argentine et du baklava d’Égypte, du chachlyk du Caucase et du poulet yassa de Casamance, du cassoulet toulousain et du curry thaïlandais ou indien, des dim sum de Gangdong et du gravlax de saumon suédois, des yakitori japonais ou du chili con carne du Texas.

Et on y boit sans complexe ni forfanterie des vins de partout avec, il est vrai, plus ou moins de bonheur.

Il ne faut donc pas confondre Babel et Babybel, pas plus que New York et Mc Donald’s.

Patrick de Mari

P’tit billet d’humeur

Depuis le 1er août…

— BADOO tient absolument à me proposer deux fois par jour une nouvelle fiancée mais uniquement de mon âge !

— Sans doute afin de faciliter lesdites rencontres, un institut internationalement reconnu me suggère « une solution simple et 100% naturelle » afin de lutter contre « changements de rythme, fatigue, stress » grâce aux bienfaits d’une cure de PLZR+®.

— AIR FRANCE m’apprend que New-York n’attend que moi !

— AGIDRA tente de me persuader qu’il y a une révolution dans les fruits secs.

— Heureusement que la Centrale de réservation VERY CHIC annonce : « Bains de mer, le retour », sans quoi, je passais à côté de cette information capitale sans oser me risquer sur la moindre plage.

— Encoremoinscher.com veut à toute force me fourguer un fer à boucler, des semelles viscostatiques dont je ne pensais pas avoir un besoin si évident ainsi que des rouleaux de PQ illustrés par des billets de 500 euros d’une valeur « fessiale » douteuse.

PQ 500 € via amazone.fr

— Je passe sur la recherche de ma signature en faveur des petits obèses du Tonkin, des beaux-frères cons ou des animaux prostitués.

— D’alléchantes propositions d’investissements dans des résidences-services à Marrakech me font hésiter avec d’autres situées en Andalousie et en Floride.

— Quoi ? Qu’est-ce que j’apprends ? Mon assurance-auto me coûte trop cher ? Meeeeerde alors ! Si j’avais pu me douter !

— Oui, je sais, il y a eu un remaniement ministériel mais la vraie bonne nouvelle du mois d’août c’est surtout qu’il existe dorénavant un remède souverain pour mes fuites urinaires à venir ! Je n’y avais jamais songé avant mais aujourd’hui, cette perspective me comble… si je puis dire !

— Pour fêter ça, j’accepterais avec plaisir qu’on me fasse parvenir le pot de « Gelée de Mojito » à 80 euros le kilo ainsi que le confit de fleurs de pissenlits, censés bouleverser ma vie affective.

— Ah chouette ! Je vais pouvoir recevoir gratuitement jusqu’à 2 magazines de mon choix pendant 3 mois, ou le contraire, je ne sais plus !

— On me présente d’innombrables foires aux vins comme autant de « salons où l’on cause », « the place to be » ! Où l’on fait croire au chaland qu’il pénètre dans le saint des saints en BENTLEY Continental GT alors qu’il ne pilote qu’un caddy décati au milieu des boîtes de choucroute garnie et des litière pour chats.

Merci à tous ces amis désintéressés, grâce auxquels je suis au top de ma forme lors de cette rentrée !

Patrick de Mari