Catégorie: P’tit billet d’humeur

P’tit billet d’humeur

Boire du vin, c’est manifester !   

Poing levé viaanartisanart.com

L’imbécillité qui va de pair, on commence à le savoir, avec l‘ignorance a suffisamment provoqué de dégâts pour qu’on prenne conscience de l’immense vide à combler. Du mal a été fait, des coups ont été portés, des blessures ont laissé des cicatrices…

Alors, je demande pardon par avance : je vais commettre un amalgame !

J’ai le goût de la vie, j’aime boire du vin et pourtant je déteste les états d’ébriété, les miens et surtout ceux des autres (bien sûr !). Je déteste l’irresponsabilité qu’ils provoquent, de l’hilarité gonflante jusqu’à la déraison meurtrière.

Quand je bois du vin, c’est pour de nombreuses raisons avouables : je veux comprendre pourquoi je l’aime, je recherche une élégance aristocratique qui ne m’environne pas toujours, je veux atteindre une connivence avec mes amis proches ou de rencontre, une complémentarité, une cohérence avec un plat ou un repas… parce que je sais ce que je bois !

Je bois de la culture régionale, je bois du plaisir introspectif ou des sourires partagés, je bois respectueusement, avec attention, pour en discerner les nuances qui l’ont fait différent de celui du voisin. Je bois avec allégresse parce que le vin, c’est de la complicité en bouteille, des clins d’œil dans chaque verre, de la compassion et parfois même de l’amour et de l’amitié c’est-à-dire une connaissance bienveillante de ce qui nous unit ou nous sépare.

Et nous y voilà ! Ce qui nous a rassemblés le 11 janvier dernier, dans ces rues où il ne se passe pas toujours de jolies choses, c’est cette volonté trop rare de nous reconnaître dans l’autre, l’inconnu ou le voisin de palier (et c’est souvent le même !). Raphaël Enthoven lui aussi a parlé de nuances : il y avait bien des raisons d’être ensemble à battre le pavé plutôt qu’être resté au chaud dans un fauteuil. Peut-être bien 3 ou 4 millions de raisons, de nuances, plus ou moins d’attachement à Charlie Hebdo, plus ou moins d’intérêt pour tous ces musulmans, chrétiens, juifs, athées, agnostiques… en tant que tels. Plus ou moins de respect aussi pour tous ces grands dirigeants d’un monde trop grand pour nous. Nous avions le mérite d’être là, d’avoir fait l’effort de nous joindre, de nous rejoindre, sans calcul, sans arrière-pensée.

Ce jour-là, nous avons bu dans le même verre et nous avons trouvé le vin exceptionnellement bon. Alors, ça nous a mis les larmes aux yeux. Hommes, femmes, jeunes, vieux, laïcards, cul-bénits, anciens khmers, futurs fachos, on était tous représentés !
Évidemment, dès le lendemain la tempérance s’est imposée dans les esprits et les gosiers. Quelques-uns se sont à nouveau asséchés mais maintenant on connaît mieux les phénomènes du réchauffement climatique temporaire : il lui faut des causes justes et du vin.

Trinquer via infosuroit.com

Alors, au goulot, enfin non… euh si, et au boulot !

Patrick de Mari

P’tit billet d’humeur

Un vœu très égoïste pour 2015

Quelques livres de Blandine © Greta Garbure

J’aimerais bien qu’on arrête de me demander — comme c’est quand même le cas assez fréquemment — où on peut acheter mes livres !

Si vous avez un ami boucher qui vous parle de viande, vous ne lui demandez pas où on peut acheter des rôtis ou des côtelettes, n’est-ce pas ?
Parce qu’il vous répondrait immanquablement : « Dans une boucherie, banane ! »
Eh bien moi, c’est pareil !
ÉCRIRE, C’EST UN VRAI MÉTIER !
Et mes livres, eh bah, c’est dans les librairies qu’on les achète !!!

J’aimerais ajouter quelque chose.
Votre ami boucher, vous ne lui dites quand même pas : « Dis donc, tu pourrais pas m’en donner un ? »
Sous-entendu un rôti, un gigot, un filet mignon…
Si ?
Meuh non !
Par conséquent, arrêtez de me demander si moi, je ne pourrais pas vous donner un livre !
Un livre est une denrée comme une autre et qui plus est non périssable ! Qui vous fera donc longtemps de l’usage !
Alors, de grâce, ne méprisez pas les auteurs !

LE LIVRE, C’EST LE BIFTECK DE L’ÉCRIVAIN !

Blandine Vié

 

 

 

P’tit billet d’humeur

Tignous et Honoré :
ils avaient aussi dessiné des sérigraphies pour des bouteilles de
Saint-Pourçain La Ficelle !

Tignous et Honoré à Saint-Pourçain

Tignous et Honoré à Saint-Pourçain La Ficelle

Tous les ans depuis 27 ans, l’Union des Vignerons de Saint-Pourçain — qui a créé le vin « La Ficelle » — demande à un humoriste de réaliser un dessin pour qu’il soit sérigraphié sur les bouteilles du millésime : un pour le blanc, un pour le rouge.

Ces bouteilles sont rituellement célébrées au mois de décembre, à la fois dans les rues de Saint-Pourçain et dans les brasseries parisiennes. Et chaque année à la même période, un repas de presse est organisé dans un bistrot parisien.

En 2014, ce dîner a eu lieu au « Mesturet » le 25 novembre ! Et figurez-vous que Patrick et moi étions présents !

La Ficelle 2014 au Mesturet © Greta Garbure

La Ficelle 2014 au Mesturet © Greta Garbure

Les bouteilles de 2014 étaient dues au dessinateur Lasserpe :

Saint-Pourçain blanc 2014 par Lasserpe © Greta Garbure

Saint-Pourçain blanc 2014 par Lasserpe © Greta Garbure

Saint-Pourçain rouge 2014 par Lasserpe © Greta Garbure

Saint-Pourçain rouge 2014 par Lasserpe © Greta Garbure

Mais Tignous et Honoré aussi étaient présents ! Car ils avaient chacun, à leur tour, réalisé un dessin pour la Ficelle de Saint-Pourçain : Tignous en 2005, Honoré en 2006. Et depuis, ils ne rataient jamais une édition de La Ficelle !

Sur Greta Garbure, nous ne sommes pas vraiment people ni selfie, aussi n’avons-nous pas immortalisé la rencontre !
Mais nous trouvons sympathique de leur rendre ici hommage en présentant les bouteilles pour lesquelles ils avaient déployé leurs talents :

La Ficelle Saint Pourçain 2005 par Tignous

La Ficelle Saint Pourçain 2005 par Tignous

La Ficelle Saint Pourçain 2006 par Honoré

La Ficelle Saint Pourçain 2006 par Honoré

Bien entendu, dans nos pensées, nous les associons à Charb et à Wolinski mais aussi à Bernard Maris, aux deux policiers et aux autres victimes, moins charismatiques mais sauvagement assassinées elles aussi !

Battons-nous pour la liberté de la presse car elle est garante de la démocratie !

Blandine & Patrick
 

P’tit billet d’humeur

Delta Charlie-Hebdo Delta

Aujourd’hui, Greta Garbure
n’a pas d’appétit !

Plus faim ni soif © Greta Garbure

Plus faim ni soif © Greta Garbure

Il y a des circonstances, des jours, des vies entières où l’on n’a pas envie de rire, ni de manger ni de boire. Les motifs en sont variables, qui vont du dérisoire au tragique.

Il n’est évidemment pas question ici de tenter le moindre parallèle entre des assassinats sauvages et des comportements alimentaires vaguement fautifs. L‘indécence a des limites, même si certains les franchissent. Nos barbaries respectives ne se comparent décidément pas, aujourd’hui pas plus qu’hier.

Dès demain, nous redeviendrons légers, impertinents, chatouilleux, donneurs de leçons, amoureux de producteurs et de vignerons respectueux de certains élevages et cultures, didactiques sans orthodoxie intolérante.

Pourvu que nous connaissions vraiment un autre jour qui nous permette de trinquer et de partager nos goûts, tous ensemble.

Patrick de Mari

P’tit billet d’humeur

Champagne et fanfreluches :
et qu’ça pét…ille !

Champagne et fanfreluches © Greta Garbure

Champagne et fanfreluches © Greta Garbure

Vous savez déjà que les bulles de champagne me font fantasmer ! Je l’ai d’ailleurs exprimé dans un petit billet d’humeur intitulé « Où vont les bulles de champagne ? » où j’explore quelques pistes possibles (… ou pas), et que vous pouvez retrouver là :

http://gretagarbure.com/2014/05/29/ptit-billet-dhumeur-59/

Mais ce n’est pas parce que j’ai bouclé mon papier que je ne m’intéresse plus au sujet.

Ceux d’entre vous qui me lisent régulièrement savent aussi que je suis passionnée par l’étymologie — d’où notre rubrique « Les mots des mets, la saveur cachée des mots » ! — car connaître la filiation d’un mot au fil des siècles, c’est comme ouvrir les tiroirs secrets d’un meuble de famille oublié dans un grenier !

Les mots des mets

Or, voilà-t-il pas que je tombe l’autre jour sur le mot « fanfreluches » !
Déjà, ce genre de mots un tantinet désuets fait mon bonheur ! Mais qui l’emploie encore ?
Je n’ai évidemment pas pu résister à me pencher dessus pour découvrir que la vraie, l’authentique, la prime signification de fanfreluches, c’était… bulles d’air !

Bulles d'air via archives-lepost.huffingtonpost.fr

Le cheminement, c’est ça : chez les anciens Grecs, on disait « pompholux » et ça voulait dire « bulle d’air ».
Le mot est ensuite passé dans le latin sous la forme « famfaluca », avec toujours le même sens.
Chemin faisant, la graphie a évolué en « fanfelue » en ancien français, prenant du même coup le sens plus figuré de « bagatelles » !
Puis, le mot changea encore en « fanfeluce » au début du XVe siècle, version que Rabelais atteste au XVIe.
Enfin, il se francisa en « fanfreluche ».

On comprend bien le glissement métaphorique de bulles d’air à bagatelles. Car les bagatelles sont des choses de peu de valeur, des petits riens, des bricoles.
Tout comme le sont les fanfreluches vestimentaires : rubans, lacets, dentelles, petits nœuds, perles, broderies, paillettes et autres fioritures censées ornementer un vêtement féminin.

Chantilly via blondecaen.chez-alice.fr

Et c’est là que j’en reviens à la signification première : bulles d’air !
Des bulles, comme dans le champagne !
Des bulles qui agrémentent un vin tranquille un peu comme des fanfreluches !
Mais qui changent tout !

Bulles de champagne via motsemes.blogspot.com

Les fanfreluches vestimentaires ont pour but d’enjoliver la toilette d’une femme coquette. Coquetterie destinée à attirer l’attention, voire à troubler les sens de qui la regarde aux fins d’être plus pétillante.

Les bulles du champagne elles aussi excitent les papilles, dynamisent le vin et lui apportent de la pétillance, de l’effervescence.

Bulles de champagne via static.hachette-vins.com

Et si, liées elles aussi au raffinement et au plaisir, les bulles étaient tout simplement les fanfreluches du champagne ?

Champagne via bookine.net

Moi, j’aime bien cette idée. Pas vous ?

Blandine Vié