Catégorie: Tout frais pondu

Tout frais pondu

Aujourd’hui commence
l’année du singe.

Nouvel-An chinois 2013 © Coralie Marcadé

Nouvel-An chinois 2013 © Coralie Marcadé

Bien évidemment, nous n’allons pas vous donner de recettes à base de singe. Malheureusement, il en existe et certaines sont particulièrement cruelles. Nous n’avons même pas envie de commenter ces pratiques barbares d’un autre âge.

Nous préférons rendre un hommage humoristique à cet animal si rusé qu’il a engendré l’expression « malin comme un singe » !

En cuisine, le singe fait référence à deux mots dont nous vous avons déjà parlé :

— « Le singe », autrement dit le surnom du corned-beef  :
     voir notre lien : http://gretagarbure.com/2013/03/17/la-chronique-de-greta-garbure-16/

Corned beef via export-forum.com

— « Singer » qui signifie poudrer de farine :
     voir notre lien : http://gretagarbure.com/?s=singer+sans+faire+la+grimace

Singer le lapin © Greta Garbure

Singer le lapin © Greta Garbure

On aurait pu aussi vous parler du « chinois », cette passoire métallique conique qui doit son nom à sa forme de chapeau chinois.

Chinois sur pied avec pilon à fouler

Chinois sur pied avec pilon à fouler

Pour aujourd’hui, on va se contenter de vous souhaiter une bonne année qui devrait être très prospère puisqu’elle débute un 8 et que le 8 est le chiffre fétiche et porte-bonheur des Chinois !

Nouvel-An chinois 2 © Coralie Marcadé

Nouvel-An chinois 2 © Coralie Marcadé


Blandine Vié

Actu

Les 6èmes Régalades de Montpeyroux

Pour la sixième année consécutive, les Régalades de Montpeyroux ont eu lieu dans le village éponyme, dans l’église (désaffectée) Saint-Martin-du-Barry. Lors de cette manifestation, les vignerons du cru Montpeyroux (dans l’Hérault) invitent un grand chef à sublimer leurs vins. Après les montpelliérains Éric Cellier et Jacques & Laurent Pourcel, après le carcassonnais Franck Putelat, le nîmois Jérôme Nutile et le gersois Bernard Bach, ce fut le tour cette année de Régis Douysset, chef de deux établissements récompensés par une étoile Michelin : L’escarbille* à Meudon et L’Angélique* à Versailles. Le binôme Greta Garbure était présent.

Régis Douysset raconte qu’enfant, il jouait à être cuisinier. Jeune homme, il est entré à l’École hôtelière de Thonon pour y préparer un BTH. Diplômé en 1992, il a alors passé 8 ans en Allemagne, dans diverses maisons, avant de revenir à Paris. Après diverses collaborations, il décide de s’établir dans ses murs en janvier 2005 avec l’ouverture de L’Escarbille à Meudon où il reçoit 1 étoile Michelin en 2007. Au printemps 2008, il reprend Le Rescator de Versailles qu’il rebaptise L’Angélique, et là aussi, 1 étoile récompense sa cuisine en 2009.

Régis Douysset © Greta Garbure

Régis Douysset © Greta Garbure

Au coeur de l’AOC Languedoc, le vignoble de Montpeyroux se situe à 40 km de Montpellier. Il est adossé aux contreforts sud du Larzac et aux monts de Saint-Guilhem-le-Désert. Ses 14.000 hectolitres sont produits par la Cave « CastelBarry Coopérative Artisanale » et par 21 caves particulières. L’AOC Languedoc-Montpeyroux a été reconnue par l’INAO en 1984.
À ce repas où se presse toute la bonne société du cru, les vins sont offerts par les vignerons locaux. Et pour cette édition 2015, c’est Alexandre Chalmandrier, responsable de cave et sommelier des restaurants de Régis Douysset qui avait fait la répartition des vins et qui les a présentés.

Mais avant de passer à table, faisons le tour du propriétaire et buvons un premier verre :

L'église recyclée en salle à manger © Greta Garbure

L’église recyclée en salle à manger © Greta Garbure

La "chapelle" de dressage © Greta Garbure

La « chapelle » de dressage © Greta Garbure

Les vins du repas en attente © Greta Garbure

Les vins du repas en attente © Greta Garbure

Et voici le menu :

Le menu

Le repas était excellent et cela nous donne évidemment envie de retourner voir Régis Douysset à demeure.
La Saint-Jacques dorée au beurre blanc, betterave crue en salade, crème réduite et parmesan est un régal… ce qui est la moindre des choses pour des Régalades !

Saint-Jacques dorée au beurre blanc © Greta Garbure

Saint-Jacques dorée au beurre blanc © Greta Garbure

Idem pour la Tarte fine de légumes et girolles, œufs de caille pochés, chlorophylle de cresson, tout en finesse, avec une pâte délicieusement croustillante et une jolie harmonie des saveurs.

La tarte fine de légumes et girolles © Greta Garbure

La tarte fine de légumes et girolles © Greta Garbure

Mais la Côte de pigeon au sang, tartine de panais aux oignons doux des Cévennes, jus d’un civet est l’un des meilleurs pigeons que nous ayons eu l’occasion de goûter. Absolument somptueux !

Côte de pigeon au sang © Greta Garbure

Côte de pigeon au sang © Greta Garbure

Le sublime pigeon © Greta Garbure

Le sublime pigeon © Greta Garbure

Bien que n’ayons plus faim, le plateau de fromages (roquefort, cantal, pont l’évêque, comté, saint-nectaire) nous tente. Après tout, on est là pour se régaler !

Les fromages © Greta Garbure

Les fromages © Greta Garbure

Enfin, l’ Entremets dacquoise chocolat Guanaja, figue rôtie et crème glacée à la pistache met un point d’orgue savoureux à ce repas d’anthologie.

Dacquoise chocolat, figue rôtie et crème glacée à la pistache © Greta Garbure

Dacquoise chocolat, figue rôtie et crème glacée à la pistache © Greta Garbure

Ce fut donc un grand moment, d’autant que chaque plat était accompagné par trois vins. Mais je passe la main à Patrick pour vous en parler :
À Montpeyroux et dans ses environs proches, les bons vins se bousculent au portillon. On ne peut pas tous les citer, tout juste exprimer les satisfactions ressenties au cours de ce déjeuner très réussi. À table, l’exhaustivité est parfois l’ennemie du bien mais Blandine et moi, nous avons tout goûté !
En blanc, la bouteille des Cocalières 2014 du domaine d’Aupilhac vous supplie de l’attendre un peu bien qu’elle soit déjà magnifique d’ampleur, de gras en bouche et surtout de netteté ! Il faudra aussi compter avec le domaine des Cinq vents qui a fait appel à l’immense Virgile Joly afin de produire des vins « bons, propres et justes ». On a connu des apéros plus austères !

Les vins de l'apéritif © Greta Garbure

Les vins de l’apéritif © Greta Garbure

Sur les Saint-Jacques, notre coup de cœur va au Trélans 2011 d’Alain Chabanon : vermentino et chenin (pour les connaisseurs : 18 hectolitres à l’hectare seulement). La robe est dorée comme un fruit jaune, le long élevage n’y est pas pour rien. Piouf ! Complexité, densité, une incroyable longueur… On fait immédiatement le vœu de pouvoir en boire du matin au soir et pourquoi pas, du soir au matin. Les arômes sont intenses, le bonheur aussi.

Trelans 2011 d'Alain Chabanon © Greta Garbure

Trelans 2011 d’Alain Chabanon © Greta Garbure

Les légumes, les girolles et l’œuf nous semblent se comporter mieux quand ils sont accompagnés par un vin blanc et l’Égrisée 2014 de la Jasse Castel possède une vivacité florale qui éveille bien cette belle assiette.

L'Égrisée 2014, La Jasse Castel © Greta Garbure

L’Égrisée 2014, La Jasse Castel © Greta Garbure

Les sommets sont atteints avec les unions proposées avec notre côte de pigeon : la Pimpanela (comme on appelle à Toulouse une fille dégourdie) de la susnommée Jasse Castel est un véritable appel au don du sang : poivrée, avec des fruits rouges et noirs, elle donne un joli mariage sur la fraîcheur et dans la liesse.

La Pimpanela 2011 La Jasse Castel © Greta Garbure

La Pimpanela 2011 La Jasse Castel © Greta Garbure

On retrouve le domaine d’Aupilhac de Sylvain Fadat, le pape de l’appellation dont Le Clos 2009 domine notre volatile sans forcer son talent et nous fera languir de nombreuses années encore avant de s’ouvrir complètement. Il en impose, force le respect mais s’affinera avec le temps jusqu’à devenir simplement beau.

Le Clos 2009 Sylvain Fadat Aupilhac © Greta Garbure

Le Clos 2009 Sylvain Fadat Aupilhac © Greta Garbure

Le triomphe de ce déjeuner vint donc du mariage de l’oiseau avec L’Esprit de Font Caude 2004, d’Alain Chabanon. La sauvagerie digne d’un gibier se ressentira tant dans la chair juteuse de l’animal qu’au contact de cet assemblage parfait entre la syrah et le mourvèdre. Je ne saurais trop vous conseiller d’en mettre quelques magnums de côté.

L'Esprit de Font Caude 2004 d'Alain Chabanon © Greta Garbure

L’Esprit de Font Caude 2004 d’Alain Chabanon © Greta Garbure

Les vins bus sur les fromages et le dessert n’ont pas démérité…
Nous, peut-être !

Blandine & Patrick

• L’Escarbille*, 8 Rue de Vélizy, 92190 Meudon
• L’Angélique*, 27 Avenue de Saint-Cloud, 78000 Versailles

Tout frais pondu

Le 14ème marathon
des leveurs de coude

L'affiche du marathon dessinée par Michel Bridenne

L’affiche du marathon dessinée par Michel Bridenne

Le 8 septembre dernier, Patrick et moi avons participé au 14ème marathon des leveurs de coude qui s’est tenu à Saint-Germain-des-Prés à Paris.

La preuve qu’on y était

Nos bracelets © Greta Garbure

Le pitch

Le Marathon est né d’un article de Jean Cormier dans « Quat’saisons » en 1985 où il y imagine une fête à Saint Germain-des Près, une sorte de croisement entre les fêtes basques, un carnaval de rue, le parcours qu’Antoine Blondin faisait dans ce quartier et le défilé de l’Ecole des Beaux-Arts. Deux ans après, Jean Castel avec les autres patrons du quartier l’aident à le concrétiser. Une vingtaine d’équipes dans un esprit ludo-sportif était accueillie à chacune des 42 étapes par les tenanciers du périmètre germanopratin pour y boire un taste vin (soit 2 à 3 cl). Depuis, tous les autre marathons se sont déroulés ainsi.

Jean Cormier

Jean Cormier © Greta Garbure

Jean Cormier © Greta Garbure

On vous a déjà tout raconté sur lui !
C’est là : http://gretagarbure.com/2014/01/13/gueules-damour-portraitsinterviews/

Les chiffres

Les chiffres du marathon

 Les images

À la messe de 11 heures, dans l’église de Saint-Sulpice, les paroissiens étaient… chamarrés !

Il s'en passe de drôles dans l'église ! © Greta Garbure

Il s’en passe de drôles dans l’église ! © Greta Garbure

Je dirais même plus © Greta Garbure

Je dirais même plus © Greta Garbure

Et plus encore… © Greta Garbure

Et plus encore… © Greta Garbure

 Tiens ! Y a même un journaliste repenti !

Un journaliste repenti © Greta Garbure

Un journaliste repenti © Greta Garbure


À l’apéro

Il a pas froid le cromagnon © Greta Garbure

Il a pas froid le cromagnon © Greta Garbure

Les clowns © Greta Garbure

Les clowns © Greta Garbure

Un soldat égaré © Greta Garbure

Un soldat égaré © Greta Garbure

Les gourdins © Greta Garbure

Les gourdins © Greta Garbure


Les pépites

Vous lisez bien ! © Greta Garbure

Vous lisez bien ! © Greta Garbure

Le vrai chic parisien © Greta Garbure

Le vrai chic parisien © Greta Garbure


Le déjeuner

Le menu

Le menu

 

Jean Cormier et Michel Bridenne qui a dessiné l'affiche © Greta Garbure

Jean Cormier et Michel Bridenne qui a dessiné l’affiche © Greta Garbure

Patrick en grand reporter © Greta Garbure

Patrick en grand reporter © Greta Garbure

Y a de l'ambiance ! © Greta Garbure

Y a de l’ambiance ! © Greta Garbure

Quand Patrick chante en basque © Greta Garbure

Quand Patrick chante en basque © Greta Garbure

Après le déjeuner, le marathon a commencé ! 42 bistrots !
Là, on peut vous dire que ça animé le quartier !
Mais on ne vous dira pas quelle équipe a gagné !
C’est ça la sportivité !
L’important, c’est de participer !

http://www.marathondesleveursdecoude.com

Blandine & Patrick