Catégorie: Brèves de terroir

Brèves de terroir

Picpoul et Bouzigues !

 

Cornaqué par le représentant de tous les producteurs de l’appellation Picpoul de Pinet, le Président Bascou (avec un nom comme celui-là, il ne fait pas vraiment "régional de l’étape" mais c’est pourtant un vrai languedocien!), j’ai retenu quatre très jolis vins de soif, de printemps, d’été, d’apéros, de tapas, de barbecues, de bateaux, d’huîtres et de moules…

Tiens, justement avec les huîtres de Bouzigues, sur le bassin de Thau, les creuses comme les plates, les petites comme les grosses :

Huîtres de Bouzigues via lamaisondulysse.com


– la cuvée "Cap Cette" 2012 de la coopérative "Les costières de Pomérols" 5,90€

Picpoul Cap cette © Patrick de Mari

- la cuvée "classique" du Domaine des Lauriers de Marc Cabrol 4,85€

Salins, déjà iodés, une pointe d’amertume et un rien d’acidité nous rendent ces vins friands ! De bon compagnons de bourriches !

Deux autres vins se boiront pour eux-mêmes, à toute heure et face à tous les beaux poissons de la Méditerranée :

- Claude Jourdan du Domaine Félines Jourdan fait un très élégant Picpoul de gastronomie à 6,40€

- "Les Costières de Pomérols" fait aussi un très riche "Beauvignac" cuvée Prestige à 9,00€

Picpoul Beauvignac © Patrick de Mari

Pourquoi boire autre chose si ces vins nous font déjà tellement plaisir ?

Nous le verrons plus tard : ce Languedoc et ce Roussillon renferment des trésors de toutes les couleurs et pour toutes les circonstances…!

PdM

Brèves de terroir

Terroirs du Sud


Terroirs du Sud © Patrick de Mari
Vraies caresses de  soleil, premières sensations tant attendues de liberté enfin recouvrée.

Tel un naturiste qui enlève enfin son pantalon et le reste aux beaux jours, on se rappelle les rites, les habitudes, ces repères qui nous ont tant manqués tout l’hiver durant. Oh bien sûr, dans certaines régions favorisées, on a bien pris l’apéro dans le jardin quelques fois, ou à une terrasse de troquet abritée du vent frisquet, avec une écharpe serrée autour du cou… Mais maintenant, on en est certain, c’est indiscutablement l’heure de faire le plein de cacahuètes, de chips, de pâtés, de rillons, de fritons, de grattons, de jambons espagnols et de foies gras !

"Ici Londres ! Les Français parlent aux Français!" Eh bien non ! Ici "Les Carrasses", un de ces châteaux dits pinardiers car leurs floraisons vers la fin du XIXème ont symbolisé la réussite et surtout la fortune des négociants et gros propriétaires terriens qui avaient su répondre à une très forte demande de vins durant la très grande crise due à une épidémie ravageuse de phylloxéra sur tout le vignoble français. Quand les prix ont flambé, l’argent et parfois le mauvais goût se sont répandus sur tout le Biterrois et de nos jours, ces styles sans grâces particulières relèvent du plus grand kitch et nous font sourire avec bienveillance.

Les Carasses © Patrick de Mari

Devenu un établissement hôtelier plutôt joliment tenu, il accueille cette semaine de très nombreux vignerons venus de toutes les appellations du Languedoc et du Roussillon. Le bonheur à portée de la main, pour autant qu’elle tienne un verre ! Ils répondent à nos questions inquisitrices sur leurs méthodes et moyens mis en oeuvre pour réussir de si jolis vins. Car si les pépites se trouvent en quantités comptées, les mauvais vins sont rares, quasiment absents ! La sélection de Greta Garbure ne dérogera pas à la loi du genre : elle sera le parfait reflet, non pas de la totalité de la production proposée mais le résultat d’une partialité éhontée, à un instant t, en compagnie de gens que nous estimons plus que d’autres, dans un souci de vérité, pas d’équité !!!

À demain donc pour le Picpoul de Pinet sur les huîtres de Bouzigues !

PdM